BanStat
Logo Compta Online

[Tribune] Rapport UNASA : un marché du conseil déjà saturé ?

513 lectures
0 commentaire
Catégorie : Actualité des métiers du chiffre
513
0
Article écrit par (22 articles)
Modifié le
Rapport UNASA

Dans cette tribune, Serge Heripel, vice-président de l'organisme de gestion agréé France Gestion, commente un rapport publié par l'UNASA qui décrit un marché du conseil occupé par des acteurs tiers, et laissant peu de place aux experts-comptables.

Il n'est pas exagéré de dire que peu de personnes se soucient de l'avenir des Organismes de gestion agréés et de leurs 3 000 salariés, que ce soit l'administration fiscale ou la profession comptable. Les experts-comptables, qui depuis leur création, ont participé à leur direction sont conscients de leur responsabilité et recherchent des solutions pour « limiter la casse ».

J'ai ainsi eu connaissance du très intéressant rapport commandé par l'UNASA (Union nationale des associations agréées), fédération qui regroupe près d'une centaine d'Associations Agréées (dossiers bnc) et d'Organismes mixtes de gestion (bic et bnc). Au delà des solutions que propose la rédactrice de ce rapport [1], les informations qu'il contient m'ont interpellé.

 

1 400 structures et 40 réseaux déjà positionnés sur le marché du conseil

Avec la disparition progressive des missions de tenue de comptabilité les experts-comptables pensent trouver leur salut avec de nouvelles missions de conseils et d'accompagnement. Un point important semble cependant échapper à la profession : le marché est en ce domaine déjà particulièrement encombré. L'auteure de cette étude s'est attachée à recenser les seules structures de conseil et d'accompagnement des entrepreneurs et ce, que ce soit en phase de création ou de développement. Elle a ainsi relevé l'existence de 1 400 structures d'accompagnement publiques et privées d'aide à la création d'entreprise en France, elle a repéré plus de 40 réseaux et structures en lien avec les TPE ; elle a sélectionné douze réseaux d'importance pour son étude : Adie, BGE, CCI, CMA, CPME, ECTI, ERGEE, France Active, Initiative France, Réseau Entreprendre, Rivalis, Union des couveuses.

Certaines structures proposent leurs services gratuitement, pour d'autres, un peu plus de la moitié, leur accompagnement nécessite un paiement (cotisation ou paiement à la prestation). La palette des services proposés est particulièrement large et couvre tout ce que le terme « accompagnement » exprime. Ces services sont exactement ceux que la formation pluridisciplinaire des experts-comptables leur permet également de proposer...

Le constat est sans appel, profitant sans doute d'un vide laissé par notre profession, ces organisations se sont développées et semblent répondre à l'attente tant des créateurs que des chefs d‘entreprise en phase de développement (ou en difficulté).

 

Remplacer le chiffre d'affaires de la comptabilité par le conseil : une utopie ? 

L'auteure du rapport suggère que les organismes de gestion agréés se rapprochent de ces structures. Pour ma part, je suis pour le moins sceptique (ce qui ne remet pas en cause la qualité du rapport). En effet, quel serait l'intérêt pour ces organisations « d'accueillir » ces ex-OGA dont la raison d'être était spécifiquement le contrôle des déclarations fiscales et accessoirement la formation (l'administration fiscale ayant d'ailleurs supprimé le caractère obligatoire de cette mission des OGA) ? Je laisse aux uns et aux autres le soin de répondre à cette question...

En revanche, les experts-comptables ne devraient-ils pas s'interroger sur les conséquences de l'absence de représentation de notre profession sur ce créneau alors que nous prétendons (espérons ?) remplacer le chiffre d'affaires perdu sur le marché de la « comptabilité » par des missions de conseils et d'accompagnement ? Le Conseil supérieur de l'Ordre (CSOEC), les Conseil régionaux (CROEC), les syndicats professionnels se concentrent (et c'est bien évidemment historiquement leur rôle) sur les services aux experts-comptables, mais alors qui pour répondre collectivement aux besoins des chefs d'entreprises et principalement aux TPE, artisans, commerçants et professionnels libéraux ? Comment communiquer collectivement et sur un pied d'égalité avec ces structures concurrentes existantes ?

Les organismes de gestion agréés qui n'auront très bientôt plus rien « d'agréé » s'interrogent. Certains ont décidé, le moment venu, de cesser définitivement leur activité, une minorité se transformeront en association de gestion et de comptabilité (AGC), donc concurrentes des experts-comptables, d'autres enfin, individuellement ou après regroupement entre OGA s'orienteront vers ce marché très encombré des services aux entreprises et se rapprocheront peut-être de ces importants réseaux.

N'est-ce pas là un sujet qui mérite réflexion afin d'éviter que ce marché (non protégé !) du conseil et de l'accompagnement n'échappe aux experts-comptables... ? Des structures créées par des experts-comptables et des chefs d'entreprises et professionnels libéraux existent et sont « prêtes à l'emploi »... Ce serait dommage de laisser passer l'occasion, non ?

[1] Mission de conseil, un rapport demandé par l'UNASA réalisé par Prisca Babuesa Bansita (Dauphine Junior Consulting)

Serge Heripel

Serge Heripel est expert-comptable retraité et vice-président de l'organisme mixte de gestion agréé France Gestion.

Serge Heripel sur Twitter Serge Heripel sur LinkedIn


[Tribune] Rapport UNASA : un marché du conseil déjà saturé ?


© 2021 Compta Online
Retour en haut