BanStat
Logo Compta Online

Amortissement et fonds de commerce : l'essentiel

84 665 lectures
1 commentaire
Catégorie : Acquisition / production
84 665
1
Article écrit par (449 articles)
Modifié le
Dossier lu 282 580 fois
Amortissement fonds de commerce

Le fonds de commerce est en principe non amortissable. Il s'agit d'une présomption simple qui peut être réfutée.

Lorsque le fonds de commerce a une durée limitée, il est amorti sur cette durée limitée évaluée avec suffisamment de fiabilité. Il est amorti forfaitairement sur 10 ans lorsque la durée limitée ne peut être évaluée.

Dans les petites entreprises, le fonds commercial est amorti sur 10 ans sur option.

Le régime de réévaluation libre des actifs immobilisés mis en place par la loi de finances pour 2021 ne s'applique pas aux immobilisations incorporelles.

Le nouveau régime d'amortissement et de dépréciation du fonds commercial s'applique aux exercices ouverts à compter du 1er janvier 2016. Il n'est applicable qu'aux fonds de commerce acquis.

Jusqu'en décembre 2015, le fonds commercial, même inscrit à l'actif, n'était jamais amortissable sauf cas très exceptionnels.

En cas de perte du statut de « petite entité », les fonds commerciaux déjà amortis selon la tolérance sur dix ans, peuvent faire l'objet :

  • d'une adoption des dispositions générales ;
  • d'une poursuite du plan d'amortissement initial.

La loi de finances 2022 ouvre par ailleurs à certaines entreprises, et pour une durée limitée, la possibilité d'amortir le fonds commercial.

A lire : L'amortissement fiscal du fonds de commerce

 

Tableau de synthèse des règles



Durée d'utilisation ou option

Amortissement

Dépréciation

Durée illimitée

NON

Une fois par an/exercice

Durée limitée

Déterminée de façon fiable

Oui sur la durée d'utilisation

Non sauf indice de perte de valeur

Indéterminée

Oui forfaitairement sur dix ans

Non sauf indice de perte de valeur

Exception des petites entreprises

Avec option

Oui forfaitairement sur dix ans

Non sauf indice de perte de valeur

Sans option

NON

Une fois par an/exercice



Fonds de commerce et test de dépréciation

Lorsque le fonds commercial a une durée d'utilisation illimitée, l'entreprise doit pratiquer chaque année ou pour chaque exercice un test de dépréciation.

S'il perd de la valeur, une dépréciation sera comptabilisée. Par exception au principe général, cette dépréciation ne sera jamais reprise en comptabilité.

Il s'agit là d'une présomption simple qui évite d'avoir à justifier de la durée non limitée. Comme toute présomption simple, elle est réfragable et la preuve contraire peut toujours être apportée.

Comment amortir un fonds de commerce ?

L'amortissement n'est possible que pour les éléments incorporels acquis et inscrits à l'actif. Pour rappel, les immobilisations corporelles acquises avec le fonds sont comptabilisées et amorties à part.

La durée d'amortissement correspond à la durée d'utilisation. Par exception, une durée de dix ans peut être retenue lorsque la durée ne peut être estimée de manière fiable.

Les petites entités peuvent opter pour un amortissement sur dix ans afin d'éviter le test de dépréciation.

 

Le fonds commercial qui a une durée limitée dans le temps est obligatoirement amorti

L'amortissement dispense l'entreprise d'effectuer un test annuel de dépréciation. Le fonds de commerce est amorti sur sa durée d'utilisation prévisible. Le test de dépréciation sera alors limité aux cas d'indice de perte de valeur.

La durée d'utilisation est limitée lorsque :

  • l'utilisation du fonds commercial dépend de la durée de validité d'un contrat comme un contrat de concession par exemple ;
  • lorsque l'entité décide d'arrêter l'activité correspondante.

Avant l'entrée en vigueur des nouvelles règles, le fonds commercial était déjà amortissable lorsqu'il était attaché à un usufruit, concédé pour une durée limitée.

Exceptionnellement, lorsque la durée d'utilisation limitée ne peut être déterminée de façon fiable, l'entité a la possibilité de l'amortir sur une durée forfaitaire de dix ans.

 

L'amortissement du fonds de commerce dans les petites entreprises

Les petites entreprises peuvent opter pour l'amortissement forfaitaire de tous les fonds commerciaux inscrits au bilan.

Cet amortissement forfaitaire se fait sur dix ans et leur permet de ne pas rechercher de durée limitée d'utilisation.

Les petites entreprises au sens comptable concernées par l'option pour l'amortissement

Ce sont les entreprises qui bénéficient de la présentation simplifiée de leurs comptes annuels. Elles ne dépassent pas deux des trois seuils suivants (depuis le 24 mai 2019) :

  • total du bilan : 6 millions d'€ ;
  • chiffre d'affaires : 12 millions d'€ ;
  • nombre moyen de salariés permanents : 50 salariés.

Elle est ainsi dispensée d'effectuer un test de dépréciation tous les ans (au moins une fois par exercice). Effectuer un test de dépréciation ne sera obligatoire qu'en cas d'indice de perte de valeur. 

Le test de dépréciation étant relativement lourd à mettre en œuvre, il est généralement conseillé d'opter pour l'amortissement.

Fiscalement, le CGI (article 38 sexies, annexe III) oblige les entreprises qui n'amortissent pas le fonds de commerce à constater le cas échéant une provision pour dépréciation qui diminue le résultat imposable. La provision devenue sans objet sera reprise.

Elle n'est déductible qu'en cas de dépréciation effective du fonds commercial par rapport à son prix d'acquisition. La dépréciation fiscale doit affecter l'ensemble des éléments du fonds de commerce.

La reprise de la dépréciation est interdite en comptabilité. La reprise de provision sur le plan fiscal ne peut se faire que par une reprise extra-comptable.

La loi de finances 2022 impose une reprise extra-comptable par fraction des provisions constatées au titre des fonds commerciaux faisant par ailleurs l'objet d'un amortissement fiscalement déductible. Cette reprise est rapportée au résultat fiscal sur la durée d'amortissement restant à courir pour un montant égal à la différence entre :

  • l'amortissement qui aurait été pratiqué si la provision n'avait pas été comptabilisée ;
  • et l'amortissement effectivement comptabilisé à la clôture de l'exercice (calculé sur une base réduite sur le plan comptable du montant de la provision)

Selon la doctrine, il convient alors de comptabiliser une provision pour amortissement dérogatoire égal à la reprise extra-comptable, pour permettre la déduction fiscale du coût de revient total du fonds.

 

L'amortissement du fonds commercial : exemple chiffré



Une entreprise a acquis un fonds de commerce en juin 2004. Après comptabilisation des différents éléments dans les postes d'actif concernés, il reste 100 000€ en compte 207 « fonds commercial ».

Ce sont les éléments incorporels du fonds qui ne peuvent être classés dans d'autres comptes.

Tous les autres éléments immobilisés corporels sont entièrement amortis à l'ouverture de l'exercice au 1er janvier.

L'entreprise étant une petite entreprise, elle opte pour l'amortissement.

S'agissant d'une première application des nouvelles règles, l'amortissement peut se faire de manière prospective sur dix ans. Le montant de l'amortissement est fixé à 10 000€ par an.

Chaque année, elle passera l'écriture de dotation aux amortissements suivante :

Numéro de compte

Clôture de l'exerciceMontant

Débit

CréditDébitCrédit

 681110

Dotation10000€
280700

Amortissement du fonds

10000€

L'amortissement fiscal du fonds de commerce

La loi de finances 2022 ouvre la possibilité de déduire du résultat fiscal l'amortissement du fonds de commerce, sous conditions. Cette mesure s'applique :

  • aux amortissements des fonds commerciaux acquis entre le 1er janvier 2022 et le 31 décembre 2025 ;
  • aux entreprises soumises à l'impôt sur les sociétés et aux entreprises relevant de l'impôt sur le revenu suivant un régime réel BIC dès lors qu'elles sont tenues au respect du plan comptable général ;
  • aux fonds commerciaux acquis, à l'exclusion donc des fonds créés, la notion d'acquisition (apport, fusion, apport partiel d'actif,...) n'étant pas encore précisée par l'administration fiscale ;
  • au prix de revient du fonds commercial, mais pas aux éléments du fonds de commerce faisant d'une inscription séparée en comptabilité.

Les artisans, non soumis au plan comptable général, et les titulaires de bénéfices non commerciaux ayant acquis un fonds libéral ne sont pas visés par le dispositif. L'application aux contribuables relevant d'un régime des bénéfices agricoles réel, qui devrait être possible (CGI, art. 72), devra être confirmée ou infirmée par de futurs commentaires administratifs.


Le 14/03/2017 09:36, Little a écrit :
  

sur le plan fiscal, l'amortissement du fonds de commerce est il déductible?

Alors, est-ce qu'il faut amortir ou pas ? Ne faut il pas privilégier l'évaluation...et passer une dépréciation en cas de perte de valeur...?



Amortissement et fonds de commerce : l'essentiel


© 2022 Compta Online
Retour en haut