BanStat
Logo Compta Online
SAGE

Arrêter son entreprise sans casse

3
12 487
0
3 réponses
12 487 lectures
0 vote
Jean-martin-l
ProfilJean-martin-l
  • 67 - Bas-Rhin
Envoyer un message privé   Ajouter à mes contacts
  • 0 vote
popupBulle tail
Profil


Ecrit le: 14/12/2009 15:00
0
VOTER
Votez MoinsVotez Plus
Bonjour,

J’aurais besoin de vos conseils pour arrêter mon entreprise sans casse. Voici son histoire (c’est très long. Si vous êtes pressé, allez à l’essentiel, à la fin, merci).

Rmiste, j’ai souhaité créer mon entreprise pour sortir d’un système d’assistanat avilissant. En effet, à 50 ans passés, on ne me propose plus de travail depuis longtemps, pas même de l’insertion. Pourtant, j’estime avoir des compétences qui peuvent servir….

En 2008, j’ai suivi différents stages de création d’entreprise une association d’aide à la création d’entreprise pour me remettre à niveau (j’ai déjà géré des entreprises préalablement, sauf que ce n’étaient pas les miennes).

En 2009, suivi par cette même association d’aide à la création d’entreprise, j’ai ensuite monté un business plan + prévisionnel. But de l’entreprise : acheter en gros et importer divers produits d’Allemagne en France. Vente sur eBay et autres supports internet.

Première erreur : mettre la charrue avant les b½ufs. Pour obtenir les prix des grossistes, il fallait être professionnel, présenter un n° de TVA intracommunautaire. Je me suis donc inscrit au Registre du Commerce. Et obtenu l’ACRE dans la foulée- Les grossistes allemands m’ont alors donné leurs prix de gros.

Puis, ensuite seulement, avec l’obtention d’un chéquier conseil par le conseil régional, j’ai pu monter mon business plan ainsi que le prévisionnel de mon entreprise, toujours avec cette association.

Seconde erreur : comme dit précédemment, « payer pour voir » : pour obtenir les tarifs et pour pouvoir faire le BP, il a fallu m’inscrire au RC.

Donc, changement de régime social (RSI et mutuelle complémentaire maladie), mais charge sociales afférentes à payer (certes réduites à la CSG RDS pour cause d’ACRE), mais représentant malgré tout une belle petite somme (930 euros pas trimestre, CSG/RDS et complémentaire). Pour rappel, les allocations RMI (à présent RSA) sont de 681,94 euros pour les deux personnes de notre foyer (ma femme est également sans emploi et sans autres revenus).

Bien évidemment (et heureusement), je continue de percevoir le RSA pendant 1 an à date du début d’activité.

Autre erreur grave : je n’avais aucun apport personnel, hormis une toute petite somme remise par de la parenté pour m’aider à me lancer.

Mais je croyais dur comme fer dans mon projet. D’autant plus que l’association qui m’aidait dans cette création y croyait aussi…. Avec un prévisionnel bien ficelé sous le bras, je me suis mis à rencontrer les banques dans l’espoir (et la certitude) d’obtenir un financement. Hélas, j’ai vite déchanté.

Contexte de crise aidant, et surtout à cause (à mon avis) d’un manque de fonds personnels ainsi que de mon statut de RMIste, je n’ai pas obtenu le moindre centime auprès des banques consultées. A moins d’apporter une caution familiale ou amicale, ce que je me refusais de demander (exemple de l’ADIE).

Après avoir vu 29 agences bancaires en un peu plus de 3 mois et demi, j’ai fini par abandonner la recherche de financements, dégouté et moralement très atteint dans mon intégrité (je me suis souvent fait éconduire au bout d’à peine 20 minutes de discussions). Pour comprendre, il faut savoir qu’il y a encore trois ans, je gérais une entreprise allemande qui faisait 1M d’euros de CA annuel (grandeur et décadence)…

A la longue, à force de me faire « jeter », j’ai quand même perdu confiance, et ai presque fini par raser les murs… Là, du coup, plus de soutien de l’association d’aide à la création. Eh oui, entre la théorie et la pratique, il y a souvent un fossé …

C’est à ce moment là que j’aurais dû tout arrêter. Erreur fatale, une autre.
Fièrement, en me disant que je n’avais plus rien à perdre, que « j’en valais la peine », qu’il fallait continuer, quitte à trouver des solutions palliatives, j’ai donc vaillamment continué à ramer.

Comme sans argent, il était impossible d’acheter en gros, d’obtenir des prix intéressants, j’ai donc essayé de trouver des solutions alternatives pour acheter des produits en petite quantité à bas prix en Allemagne. A savoir, des fins de stocks, fin de séries, faillites, etc. Dans la mesure du possible, toujours des produits de bonne qualité.

Puis, évoluant toujours en mode « bouts de ficelles », j’ai du trouver des personnes capables de me créer une boutique sur eBay (codeur et graphiste). Un mois à me battre jour après jour contre des incompétents, des bras cassés qui se sont fait passer pour des spécialistes alors qu’ils n’étaient que des pâles amateurs ! Et qui m’ont coûté la peau des fesses.

Puis l’ordinateur a fini par rendre l’âme. Achat de nouveau matériel, creusant encore plus le trou de mes déjà (très maigres) finances.

A peine ré-installé, attaque de hacker sur le nouvel ordi. Une grosse partie des fichiers et des programmes disparus à jamais. Car l’attaque s’est sans doute produite au moment ou je chargeais un fichier sur le DD de sauvegarde externe. 3 semaines de travail pour reconstituer en partie le contenu de l’ordinateur. L’autre partie est définitivement perdue.

Puis deux semaines à concevoir les CGV de vente de ma boutique web.

Pour obtenir des renseignements à propos des CGV, j’ai contacté la DGCCRF de la région. Un des enquêteurs m’a aimablement répondu et m’a ensuite demandé ce que je faisais (réponse : de l’importation de produits en provenance d’Allemagne). Il m’a demandé si je savais ce qu’était l’article L-212-1 du Code de la Consommation. Globalement, cela voulait dire que mes fournisseurs devaient me fournir un certificat montrant que les produits étaient bien conformes aux normes non seulement Européennes, mais aussi aux normes françaises des produits règlementés.

Bien évidemment, mes fournisseurs, qui ne sont pas des importateurs, mais des soldeurs, ne disposent pas de ce genre d’informations.

Catastrophe !! Je me suis grillé moi-même en me jetant directement dans la gueule du loup… (Bien qu’il vaille mieux ceci qu’un énorme problème avec des clients ou avec la loi, une fois le commerce lancé).

Fin définitive donc du projet. Je dirais plutôt, fin d’un calvaire dont je n’ai effleuré ici qu’une partie du sujet.

Ceci dit, je n’ai aucunement l’intention d’arrêter la création d’entreprise, le virus est repris malgré tout. Mais il faut impérativement réduire la voilure, arrêter d’urgence l’entreprise actuelle, et changer de statut administratif, afin de réduire le paiement des charges RSI et de la mutuelle complémentaire.

C’est cela ou une balle bien placée, aussi simple que cela.

Avec du recul, il est clair que réussir dans cette entreprise était voué à l’échec dès lors que j’étais dépendant des banques pour son financement quasi intégral. Mais ce n’est en aucun cas un échec personnel, bien au contraire, c’est beaucoup de travail pour un apprentissage in-vivo.

J’ai un nouveau projet sur lequel je travaille en ce moment, et qui ne me coûte quasiment aucun investissement au départ. Et qui s’autofinance ensuite. Pas d’achat de produits, pas d’import, aucun stock. Rien que du virtuel. Tout se fait sur Internet, en prélevant des commissions sur les ventes (affiliations, Google Adsense, etc). Statut de prestataire de service
en temps qu’auto-entrepreneur, pour commencer.

Je voudrais donc juste arrêter l’entreprise que j’ai créée il y a 8 mois de cela. Je n’ai jamais fait de ventes, et pas plus d’achats. Hormis la CSG-RDS, je n’ai aucune dette (je n’ai encore rien payé à la RSI pour l’instant, n’ayant pas reçu autre chose qu’une facture de 98 euros).

Comment dois-je arrêter l’entreprise, afin que tout se passe bien (pas de liquidation judiciaire honteuse ou autre ?) … de A à Z (statut de commerçant, régime simplifié).

Quelles démarches entreprendre ? (CCI, RSI, impots, mutuelle complémentaire…. Etc)

Qui me (nous) couvrira socialement dès que l’entreprise est radiée du RC ? : le RSI ou la SS ? (je suis toujours RMIste, pardon RSAiste). Sachant que dans quelques semaines (8 semaines environ), je compte prendre le statut d’auto-entrepreneur, et dès ce moment, je paierais à nouveau des charges à la RSI, dès que j’ai fait une ou des ventes, bien sûr.

Pardon de vous avoir administré ce véritable lavement, juste pour vous expliquer en détail ce qui aurait pu s’expliquer en ces quelques phrases :

« J’ai essayé de m’en sortir en créant ma boite, mais je n’ai pas obtenus de financements. Je n’ai donc jamais rien acheté et jamais rien revendu, au terme de 7 mois d’efforts et de galères. Aujourd’hui, je veux m’en sortir pour recommencer sur de nouvelles bases, pour enfin pouvoir vivre honorablement. Mais je ne sais pas comment faire»

En réalité, cela m’aura aussi un peu servi d’exécutoire… de soupape de sécurité. Ces 8 mois à ne « rien fiche » ont été pour le moins éprouvants.

Messieurs les experts, voudriez-vous toutefois avoir la gentillesse de répondre à mes quelques questions ? Cadeau de Noël à un (presque) désespéré, par exemple ? Votre ba-ba de l’année ?

En tout cas, merci de m’avoir lu, en tout cas. Vous avez été bien courageux, lol.

Très cordialement
Jean-Martin-l
Jean-martin-l
ProfilJean-martin-l
  • 67 - Bas-Rhin
Envoyer un message privé   Ajouter à mes contacts
  • 0 vote
popupBulle tail
Profil


Re: Arrêter son entreprise sans casse
Ecrit le: 16/12/2009 10:51
0
VOTER
Votez MoinsVotez Plus
Bonjour à toutes et à tous ;-)

Le message ci-dessus étant beaucoup trop long, je vous prie de m'en excuser. Comme je n'ai pas pu éditer le message précédent pour le modifier, voici donc une version light de ce fameux message. Merci pour votre réponse, ce serait très gentil de votre part!
JML
-------------------------

J’ai créé une entreprise individuelle en avril 2009 (vente sur Internet). Etant au RMI, j’ai pu bénéficier de l’ACRE et de la poursuite des versements du RMI.

Hélas, je n’ai jamais pu obtenir les prêts bancaires espérés (pour cause de manque de fonds personnels). Pour résumer un très long parcours semé d'embuches, en 8 mois, malgré tous mes efforts, je n’ai jamais rien acheté, et jamais rien vendu. En revanche, j’ai liquidé mes dernières réserves financières.

Ceci dit, je n’ai aucunement l’intention d’arrêter la création d’entreprise, le virus est pris malgré tout. Mais il faut impérativement réduire la voilure, arrêter d’urgence l’entreprise actuelle, et changer de statut administratif, afin de réduire le paiement des charges RSI et de la mutuelle complémentaire.

C’est cela ou une balle bien placée, aussi simple que cela.

J’ai un nouveau projet sur lequel je travaille en ce moment, et qui ne me coûte quasiment aucun investissement au départ. Et qui s’autofinance ensuite. Le statut de prestataire de service
en temps qu’auto-entrepreneur suffira ici pour commencer.

Voici donc les questions :

Je voudrais juste arrêter l’entreprise que j’ai créée il y a 8 mois de cela. Je n’ai jamais fait de ventes, et pas non plus d’achats. Hormis la CSG-RDS, je n’ai aucune dette (je n’ai encore rien payé à la RSI pour l’instant, n’ayant pas reçu autre chose qu’une facture de 98 euros).

Comment dois-je arrêter l’entreprise, afin que tout se passe bien (pas de liquidation judiciaire honteuse ou autre ?) … de A à Z (statut de commerçant, régime simplifié).

Quelles démarches entreprendre ? (CCI, RSI, impots, mutuelle complémentaire…. Etc)

Qui me couvrira socialement dès que l’entreprise est radiée du RC ? : le RSI ou la SS ? (je suis toujours RMIste, pardon RSAiste). Sachant que dans quelques semaines (8 semaines environ), je compte prendre le statut d’auto-entrepreneur, et dès ce moment, je paierais à nouveau des charges à la RSI, dès que j’ai fait une ou des ventes, bien sûr.

Si vous avez un moment, voudriez-vous avoir la gentillesse de répondre à ces quelques questions =

Un très grand merci par avance.

Très cordialement
Jean-Martin-l
Jex94
ProfilJex94
Fiscaliste en entreprise
  • 94 - Val-de-Marne
Envoyer un message privé   Ajouter à mes contacts
  • 118 votes
popupBulle tail
Profil
Fiscaliste en entreprise


Re: Arrêter son entreprise sans casse
Ecrit le: 16/12/2009 19:41
0
VOTER
Votez MoinsVotez Plus
Bonjour,

Je vous conseille d'aller voir un expert comptable qui se chargera de toutes les démarches à effectuer.

Un bilan de liquidation est trop complexe sur le plan comptable fiscal et juridique pour pouvoir vous faire une réponse complète et parfaite, de plus sans avoir tous les documents de votre première société sous les yeux.

Bon courage.

Cordialement,
Jex


--------------------
Jean-martin-l
ProfilJean-martin-l
  • 67 - Bas-Rhin
Envoyer un message privé   Ajouter à mes contacts
  • 0 vote
popupBulle tail
Profil


Re: Arrêter son entreprise sans casse
Ecrit le: 16/12/2009 23:17
0
VOTER
Votez MoinsVotez Plus
Citation : Jex94 @ 16.12.2009 à 19:41
Bonjour,

Je vous conseille d'aller voir un expert comptable qui se chargera de toutes les démarches à effectuer.

Un bilan de liquidation est trop complexe sur le plan comptable fiscal et juridique pour pouvoir vous faire une réponse complète et parfaite, de plus sans avoir tous les documents de votre première société sous les yeux.

Bon courage.

Cordialement,
Jex

Bonjour Jex

Heureux de vous lire. :)
Vraiment.

En fait, ce n'est pas une société, mais une entreprise individuelle.
Je n'ai même pas eu de compte pro, et encore moins de comptable.

Pourquoi dois-je prendre un expert- comptable pour clore une activité qui n'a jamais existé autrement que sur le papier ?

Merci encore pour votre aide qui a toujours été si précieuse.
Ce ne sera qu'un au-revoir.
Bientôt de retour, plus librement qu'en ce moment.

Très cordialement

Jean-Martin-l
Retour en haut




3
12 487
0





connectés
Publicité
SAGE
Retour en haut
fermer
Connexion membre
Nom d'utilisateur ou email
Mot de passe
  
Avertissement : Ce site permet aux internautes de dialoguer librement sur le thème de la comptabilité.
Les réponses des Internautes et des membres du forum n'engagent en aucun cas la responsabilité de Compta Online.
Tout élément se trouvant sur ce site est la propriété exclusive de Compta Online, sous réserve de droits appartenant à des tiers.
Toute copie, toute reprise ou tout usage des photographies, illustrations et graphismes, ainsi que toute reprise de la mise en page figurant sur ce site, ainsi que toute copie ou reprise en tout ou partie des textes cités sur ce site sont strictement interdits, sous réserve de l'autorisation express écrite de l'ayant droit.

Toute reprise ou tout usage, à quelque titre que ce soit, des marques textuelles, graphiques ou combinées (comme notamment les logos) sont également interdits, sous réserve de l'autorisation express écrite de l'ayant droit.

© 2003-2020 Compta Online
S'informer, partager, évoluer