Logo Compta Online

Assises de la CNCC : le « marché de la confiance » se dessine

1 087 lectures
0 commentaire
Catégorie : Actualité des métiers du chiffre
1 087
0
Article écrit par (197 articles)
Modifié le
Assises de la CNCC : le « marché de la confiance » se dessine

La 32e édition des Assises de la Compagnie nationale des commissaires aux comptes (CNCC) s'est ouverte ce jeudi 9 décembre 2021 à Paris.

Une première conférence plénière a posé le cadre de cet événement, en précisant les contours du marché de la confiance, positionnement renouvelé d'une profession encore secouée par le traumatisme de la loi Pacte.

« L'optimisme et l'ambition » de Yannick Ollivier pour la profession

Pour le président de la Compagnie nationale des commissaires aux comptes, plusieurs raisons objectives fondent cette conviction : un besoin de confiance qui n'a jamais été aussi important dans le monde financier, et la place privilégiée des commissaires aux comptes pour répondre « naturellement, mécaniquement » à ce besoin. Le constat de Yannick Ollivier est donc clair : un marché de la confiance en développement se dessine, et la profession, par son savoir-faire, son statut, ses compétences, a les moyens d'y faire face.

Un positionnement confirmé plus tard lors d'une intervention de Yann Algan. Selon cet économiste, il existe une réelle « singularité française », avec des taux de confiance donnée aux gouvernants et experts particulièrement faibles. Une défiance généralisée contre laquelle il serait possible de lutter en réduisant les risques économiques et en fiabilisant l'information dont disposent le public en général et les différents acteurs économiques en particulier.

Pour Yann Algan, les commissaires aux comptes ont donc un « rôle central » à jouer dans cette lutte.

 

Un besoin de confiance également exprimé par les entreprises

Pour Simon Lubais, co-rapporteur des Assises, ce besoin de confiance résulte d'abord de l'évolution profonde d'une société en quête de sens. La transformation digitale, la crise sanitaire, ou l'émergence de la notion de performance durable sont autant de tendances de fond qui poussent les entreprises à réfléchir à leur business model, à leur résilience à long terme, voire à leur raison d'être.

Mais elle résulte aussi de conditions plus immédiates, mises en évidence par une grande enquête commandée début 2021 par la CNCC, qui visait à comprendre les besoins du marché et asseoir le positionnement des commissaires aux comptes.

Pour Nathalie Lutz, co-rapporteur du Congrès, cette enquête démontre que la compétence des commissaires aux comptes est reconnue. 66% des entreprises ayant un commissaire aux comptes seraient en effet convaincues de l'intérêt d'une contribution de sa part à la réussite du projet d'entreprise. Toutefois, cette même enquête met en évidence un rôle historique de la profession qui ne correspond plus aux dernières attentes du marché.

Assises CNCC

 

Marché de la confiance : quels sont les besoins exprimés par les entreprises ?

Selon cette enquête, les entreprises ont autant un besoin de transparence (davantage d'informations donc) qu'un besoin de fiabilisation de sécurisation de l'information elle-même. Ce besoin s'exprime tant en interne que pour communiquer avec l'ensemble des parties prenantes, actionnaires, financeurs, pouvoirs publics, partenaires commerciaux, ou salariés.

Plus précisément, l'enquête met en évidence des attentes des entreprises dans 6 domaines : la pérennité de l'activité, la confiance, l'accès aux aides publiques, l'accompagnement dans la gestion stratégique de l'entreprise, la transmission, mais aussi un décryptage de la réglementation.

Des besoins confirmés lors d'une table ronde animée par Pierre Berlioz, directeur de cabinet du président de la CNCC et qui visait à traduire en quelques minutes la « démarche d'écoute et d'échanges avec les partenaires ».

 

Une table ronde pour préciser les attentes des parties prenantes

Lors des discussions, les intervenants ont pu livrer leur vision du rôle du commissaire aux comptes et de ce fameux marché de la confiance décrit plus tôt dans la conférence. Ainsi, pour François Asselin, président de la CPME, les entreprises « [ont] vraiment besoin de ces tiers de confiance pour [les] accompagner dans la tempête ». D'autant que ce dirigeant considère que la « lecture de l'entreprise va bien au-delà de l'analyse purement financière », citant notamment la prise en compte des aspects environnementaux.

Cette « explosion des données » nécessaires à la prise de décision est confirmée par Marie-Pierre Peillon, directrice de la recherche et de la stratégie ESG chez Groupama Asset Management, qui appelle les commissaires aux comptes à éclairer les décisionnaires dans la lecture et l'interprétation de rapports toujours plus complexes.

Des besoins nouveaux évoqués également par Jean-Luc Montiel, vice-président du Medef, Laurent Fromageau, directeur du développement retail de LCL, ou Pauline Becquey de Finance for tomorrow. Une prise en compte grandissante de la transition écologique, la montée en puissance de nouvelles problématiques, comme la sécurité informatique ou la valorisation de l'innovation, et donc la nécessité de nouveaux référentiels... et de confiance dans l'information produite.

Des prises de position reprises en synthèse par Pierre Berlioz, qui y voit une confirmation du rôle clé du commissaire aux comptes dans le temps court (crise sanitaire, accélération du besoin d'information) et dans le temps long (performance durable, gouvernance d'entreprise, etc.).

 

Quelles actions ?

Pour Serge Lubin, cette analyse du marché et du positionnement de la profession dessine plusieurs priorités, et notamment celles de mieux communiquer avec les clients (45% des entreprises ignorant que les commissaires aux comptes peuvent proposer d'autres prestations que la certification des comptes), mais aussi une appropriation de l'offre par les commissaires aux comptes, via la formation académique et la pratique. Autant de sujets qui seront traités dans les différents ateliers et conférences de ces 32e Assises.

Une plénière d'ouverture résumée en une formule par le co-rapporteur : « Le marché de la confiance existe, nous devons nous l'approprier ! »

Julien Catanese

Julien Catanese
Directeur éditorial de Compta Online, média communautaire 100% digital destiné aux professions du Chiffre depuis 2003.
Diplômé d'expertise comptable, après 7 ans en tant que rédacteur en chef puis directeur de la rédaction Fiscalistes et experts-comptables chez LexisNexis, je rejoins l'équipe Compta Online en juin 2020.
Suivez moi sur Linkedin et sur Twitter.


Assises de la CNCC : le « marché de la confiance » se dessine


© 2022 Compta Online
Retour en haut