BanStat
Logo Compta Online

L'avenir des experts-comptables dépend-il de l'émergence de leaders ?

1 948 lectures
0 commentaire
Catégorie : Actualité des métiers du chiffre
1 948
0
Article écrit par (1326 articles)
Modifié le

L'importance du leadership chez les experts-comptables

L'art du leadership est le thème de l'une des conférences proposées par le club DAF externalisé au cours de sa soirée de lancement.

Elle montre les caractéristiques d'un bon leader et la manière de provoquer l'engagement chez les collaborateurs. Car ce sont les leaders qui guident leur communauté professionnelle vers les standards de demain, peu importe qu'ils s'appellent conseil, digitalisation, intelligence artificielle, blockchain...

Au leader de le découvrir et de guider les siens sur le chemin qu'il aura choisi.

 

Les caractéristiques d'un bon leader : le rôle

Le « leader est constamment dans la réconciliation des contraires » estime Christian Monjou. Tantôt jouant la carte des sentiments, tantôt celle de la distance, il apparaît là où ses équipes ne l'attendent pas pour lutter contre les statu quo.

Il joue un ou plusieurs rôles et porte un masque imaginaire qui peut changer en fonction de ses besoins.

Pour Christian Monjou, « un leader est toujours celui qui réconcilie des choses qui sont perçues par tous comme des contraires mutuellement exclusifs ».

Il est « responsable de l'engagement de la communauté », de ses collaborateurs. Le leader doit « développer une vision, entendre, écouter, discerner et surtout communiquer ».

Mais contrairement à une idée reçue, « la légitimité du leader n'est plus dans la détention de l'information », « elle est dans le don du temps c'est à dire dans la communication, la relation humaine ».

En échange de ce « don du temps », il obtiendra de la loyauté. Loyauté des collaborateurs et loyauté des clients en sont les deux facettes que le leader réconcilie.



L'intérêt du leadership pour les experts-comptables : la gestion d'une période critique, la transformation

Lorsque tout le monde est d'accord et qu'il existe un consensus, il n'est point besoin de leader. Tous les experts-comptables ou presque se concentrent sur la mission traditionnelle et gagnent suffisamment d'argent.

En période de bouleversements technologiques en revanche, il faut des leaders pour guider la « communauté entrepreneuriale », les cabinets et leurs collaborateurs, vers le futur.

Le leader doit alors se méfier de l'attirance que peuvent avoir les collaborateurs pour ce qui va mourir car « une chose n'est jamais aussi belle qu'au moment où elle va mourir » précise encore Christian Monjou.

À ce stade, lorsque le leader manque de discernement, il risque de disparaître avec ses collaborateurs. C'est un peu ce qui s'est passé pour ce géant de la photo bien connu parce qu'il n'a pas su aller vers le numérique.

Mais attention, les collaborateurs « peuvent adhérer au projet dans un premier temps, puis être terrifiés et nourrir mutuellement leur terreur parce que leurs compétences ne sont plus en phase avec le nouveau projet ».

Le rôle du leader est alors de « les accompagner vers ce changement et de ne pas se contenter de montrer le chemin ». Seul un leader qui s'en sort dans la transformation pourra convaincre ses troupes de le suivre.

 

L'accompagnement des collaborateurs du cabinet d'expertise comptable par un leader

« Devenir un leader, c'est d'abord se faire grandir soi-même pour aller vers le succès » mais une fois devenu leader, « il faudra faire croître et grandir ses collaborateurs » estime encore Christian Monjou.

C'est ici que son regard sur ses collaborateurs devient très important pour susciter l'engagement.

Lorsque les collaborateurs ont le sentiment d'être interchangeables, immédiatement remplaçables par d'autres, « ils deviennent des natures mortes ». À aucun moment, ils ne feront alors l'effort « de contribuer à la performance collective par leur originalité », leurs atouts respectifs. Et en période de crise, cette attitude s'accentue. Au leader d'inverser cette tendance.

Autre point important : « le leader doit faire attention à protéger ses innovants, ceux qui sont restés suffisamment enfantins pour innover ». Car ceux qui n'ont jamais rien inventé « confondent enfantin et infantile en soupçonnant les autres de ne pas pouvoir innover ».

Et parce que « tout acte de création est d'abord un acte de destruction », il faut « accompagner les innovants et les amener à prendre des risques en dédramatisant l'échec éventuel » conclut Christian Monjou, pour leur permettre de continuer à innover.

Sandra Schmidt

Sandra Schmidt
Rédactrice sur Compta Online, média communautaire 100% digital destiné aux professions du Chiffre depuis 2003.
J'interviens sur Compta Online depuis 2007 et j'ai rejoint l'équipe en 2014. Mes articles abordent la comptabilité, la fiscalité, le droit social, les IFRS, mais aussi l'intelligence artificielle, la blockchain...
Suivez moi sur Linkedin et sur Twitter.

L'avenir des experts-comptables dépend-il de l'émergence de leaders ?

Retour en haut