Logo Compta Online

Comment améliorer le besoin en fonds de roulement ?

2 005 lectures
0 commentaire
Catégorie : Finance et marchés financiers
2 005
0
Article écrit par (76 articles)
Modifié le

Le besoin en fonds de roulement : comment l'améliorer ?

Un des éléments essentiels pour optimiser la gestion de son entreprise, c'est d'améliorer le besoin en fonds de roulement. C'est un indicateur qui permet de quantifier le niveau de trésorerie minimum dont l'entreprise a besoin en permanence pour financer son activité. Un BFR non maîtrisé peut entraîner l'entreprise vers le redressement ou la liquidation.

Qu'est-ce que le besoin en fonds de roulement et comment l'améliorer ? Réponse dans notre article.

Qu'est-ce que le besoin en fonds de roulement ?

Le besoin en fonds de roulement est un besoin de financement résultant du décalage entre la date où l'entreprise encaisse ses créances et la vente de ses stocks (marchandises, produits finis, etc), et la date où elle paie ses dettes à court terme (fournisseurs, TVA, etc). Ce BFR, s'il est positif, peut entraîner des conséquences néfastes pour l'activité de l'entreprise : recourt à des découverts bancaires ou des solutions de crédits coûteuses. C'est pourquoi il est important d'optimiser son besoin en fonds de roulement.

Le calcul du besoin en fonds de roulement est commun à toutes les entreprises, il est fait par différence entre les postes du bilan actif à court terme (stocks, créances) et les postes du bilan passif à court terme (dettes fournisseurs, dettes sociales et fiscales).

BFR = stock + créances – dettes fournisseurs

 

Quels sont les leviers d'actions pour améliorer le BFR de l'entreprise ?

Pour améliorer le besoin en fonds de roulement, l'entreprise peut agir sur trois axes principaux :

  • l'optimisation de ses stocks ;  
  • la réduction de ses créances clients ;
  • l'augmentation de la dette fournisseurs.


Optimisation du poste stock

Plus les stocks de l'entreprise sont importants, plus le BFR est impacté. Il convient donc d'optimiser la gestion des stocks. L'entreprise peut par exemple :

  • travailler en mode flux tendu : produire selon la demande pour réduire les stocks dormants ;
  • utiliser des inventaires réguliers ;
  • accélérer les délais d'approvisionnement et de livraison ;
  • éviter d'immobiliser ses stocks trop longtemps pour réduire le coût de stockage ;
  • faire des opérations pour liquider le stock d'invendus (une baisse temporaire de marge est plus intéressante qu'un BFR alourdi).


Optimisation du poste client

Négocier la baisse des délais de paiement client (DSO)

Pour optimiser son poste de créance, l'entreprise peut par exemple mettre en place un processus de facturation puissant :

  • prévoir des conditions générales de vente très explicites sur les délais de règlement ;
  • sélectionner les meilleurs clients (avec une solvabilité importante) ;
  • demander un acompte à la commande (ce qui permet de financer une partie des dettes fournisseurs de l'entreprise) ;
  • éviter les erreurs de facturation (oublis, etc) ;
  • mettre en place un suivi de paiement de relance et de recouvrement des factures clients.

Recourir aux opérations de mobilisations de créances (avec ou sans recours)

Ce sont des solutions financières permettant d'améliorer significativement le besoin en fonds de roulement de l'entreprise, nous citons notamment :

  • le contrat d'affacturage ;
  • la mobilisation Dailly pour les créances non escomptables ;
  • l'escompte d'effets de commerce : pour favoriser le règlement anticipé des clients ;
  • l'escompte de crédits documentaires en cas d'exportations.


Optimisation du poste fournisseur et de la TVA

Négocier un allongement des délais de paiement des fournisseurs (DPO).

Plus les décaissements fournisseurs sont éloignés, plus l'entreprise aura une marge de man½uvre (utilisation de la trésorerie) pour effectuer d'autres opérations génératrices de valeur.  Il est donc conseillé de :

    • négocier des délais plus longs avec ses fournisseurs (tout en respectant les délais légaux et contractuels) ;
    • refuser tout règlement à l'avance ;
    • sélectionner des fournisseurs fiables avec des délais de livraison raisonnables.

Éviter de payer avec du retard, cela risque de nuire à votre crédibilité.


Optimisation des postes dettes fiscales, sociales et autres dettes

L'entreprise peut également agir sur d'autres leviers pour améliorer son BFR, nous citons à titre d'exemple :

  • opter pour le régime simplifié de TVA (qui prévoit le paiement du solde de TVA en fin d'exercice et permet donc d'éloigner les décaissements) ;
  • opter pour le régime réel si l'entreprise est en situation de crédit de TVA (l'entreprise sera donc remboursée mensuellement, ce qui lui permettra d'améliorer les encaissements de sa trésorerie) ;
  • opter pour un paiement trimestriel des charges sociales au lieu d'un paiement mensuel.

Autres solutions

Mise en place de tableau de bord et l'utilisation des logiciels de gestion

Pour optimiser le BFR sur la durée il est important d'effectuer un suivi au plus près de l'activité de l'entreprise et surtout de sa trésorerie, il est conseillé de :

  • mettre en place un tableau de suivi de trésorerie pour anticiper les encaissements et les décaissements à venir ;
  • utiliser des logiciels de gestion notamment de suivi de stocks (pour diminuer les coûts liés aux approvisionnements et au stockage) et de suivi de paiement.

Plusieurs solutions existent pour vous aider dans la gestion au quotidien de votre BFR.

Houssam BIRAMANE

Houssam BIRAMANE
Consultant en pilotage financier
Rédacteur financier indépendant

Comment améliorer le besoin en fonds de roulement ?

Retour en haut