Logo Compta Online

Comment vaincre l'automatisation de la comptabilité ?

2 382 lectures
0 commentaire
Catégorie : Ressources humaines
2 382
0
Article écrit par (7 articles)
Publié le
Modifié le 14/03/2019

Quelles frustrations fondamentales pour le comptable par rapport à l'automatisation ?

Les quatre frustrations fondamentales... et sur lesquelles se concentrer.

Nos préjugés cognitifs influencent principalement ce que nous voyons. Selon Wikipedia, « les préjugés cognitifs sont des tendances à penser de manière pouvant mener à des déviations systématiques d'un standard de rationalité ou de bon jugement, et sont souvent étudiées en psychologie et en économie comportementale ».

Technologie. Cloud. Automatisation. Intelligence artificielle. Succession. Recrutement. Milléniaux. Règlements. Complexité. Saisonnalité de la charge de travail. Prix ​​par la valeur. Apporter de nouveaux clients. Conserver les clients existants. Rentabilité. Productivité. Efficacité. Incertitude de l'environnement des affaires.

Les professionnels de la comptabilité et de la fiscalité sont déjà confrontés à trop de défis. Mais il existe un ÉNORME défi qui est une constante à travers les générations et les perturbations technologiques...

L'humain !

Quelle que soit la situation, les professionnels de la comptabilité et de la fiscalité doivent traiter avec les humains, ou plutôt gérer les préjugés humains. Les scientifiques du comportement humain appellent cela le « biais cognitif » ; car même après avoir évolué pendant deux millions d'années, il existe encore un organe humain incapable de faire face aux défis que l'univers lui lance. Cet organe est notre cerveau. Pour pouvoir faire de son mieux, le cerveau a besoin de créer des biais cognitifs, le cas échéant, une seule vie ne serait pas suffisante pour arriver à comprendre les nécessités même de la vie.

Je me suis plongé plus profondément dans l'étude de ces préjugés humains et en particulier dans ce qui a trait à la façon dont les comptables et les fiscalistes se débrouillent au quotidien. Une personne a passé des semaines à analyser plus de 180 préjugés scientifiquement étudiés et, étonnamment, identifié seulement quatre mystères fondamentaux que les humains peuvent comprendre à travers ces plus de 180 biais.

L'automatisation, comme vous le verrez dans cet article, abordera trois de ces quatre mystères fondamentaux. Par conséquent, il ne vous reste plus qu'une seule chose à maîtriser - pour vaincre les menaces pesant sur l'automatisation de la comptabilité.

Commençons d'abord par les examiner tous les quatre, car les défis que vous rencontrerez dans vos habitudes dépendent de l'automatisation que vous utilisez dans votre cabinet.

 

Frustration n°1 : le trop-plein d'informations

De 500 av. J.-C., date supposée de l'invention de l'abaque chinois, jusqu'en 1989, date de la naissance du Web, voir même jusqu'à il y a quelques années seulement, les gens allaient eux-mêmes à l'information.

Traduction : les clients prenaient leurs renseignements auprès des comptables.

Internet a commencé à libérer les données et la documentation. Mais cette informatisation a aussi généré de plus en plus de contenutrop pour que l'homme puisse l'assimiler aussi rapidement qu'il la recevait.

Naturellement, cela a conduit à la création de plusieurs nouveaux biais, nous obligeant à contourner notre limitation de ne pas être en mesure de gérer autant d'informations dans le temps dont nous disposions.

Et cela a engendré des problèmes potentiellement colossaux.

Au quotidien, les comptables collectent et organisent les données pour les convertir en informations. Ensuite, ils font le plus important, l'élément clé de leur travail pour lequel ils sont payés : ils donnent une interprétation pertinente à ce contenu.

Avec ce trop-plein d'informations, le temps, les efforts et les coûts de la collecte et de l'organisation des données sont tels, qu'il devient difficile de gérer l'information - à tel point qu'il ne reste plus beaucoup de temps pour l'interpréter.

Résultat : les préjugés cognitifs sont intervenus beaucoup plus régulièrement, pour permettre de gagner du temps, en négligeant parfois des informations détaillées en faveur de perceptions de tendances, de modèles, de situations qui étaient conformes à ces préjugés.

Devinez quoi ?

Soudainement, l'intégration et l'automatisation menaçaient d'enlever cette masse de « travail » (collecte et organisation de données) du quotidien des comptables. Si les clients sont prêts à payer plus pour cette « information arrangée », plutôt que pour son  interprétation, alors l'automatisation est une menace réelle.

L'automatisation pourrait aider les comptables à gérer efficacement le trop-plein d'informations, en les forçant à changer leurs modèles d'affaires.

 

Frustration n°2 : le manque de temps

Trop d'informations apportent trop de complexité. Trop de facteurs à corréler. Et, souvent, trop peu de sens après trop d'effort. C'est là que les préjugés cognitifs prennent le dessus en nous faisant sentir qu'il existe une récompense justifiée à la mesure de nos efforts.

Nous classons tout ce qui vient à notre rencontre. Nous pensons que nous savons tout. Nous utilisons nos expériences pour identifier les similitudes et réduire nos efforts.

Profit. Perte. Créances. Dettes. Impôts. Conformité. Nous déduisons rapidement vers l'interprétation connue, mais même ceci prend beaucoup de temps et d'efforts.

Il est trop difficile de relier pertes et profits aux décisions prises ou non. Il est encore plus difficile de mettre en corrélation l'état d'esprit, la pensée, les peurs, le sur-enthousiasme, etc., aux raisons pour lesquelles les décisions ont été prises ou non. Il n'y a pas assez de sens significatif.

Devinez quoi ?

L'intégration et l'automatisation nous aideront à déduire la bonne interprétation beaucoup plus vite (et à moindre coût) que ce qui est humainement possible. Le logiciel apportera les connaissances requises à ses abonnés, augmentant la concurrence et créant ainsi une pression énorme sur les prix.

En parallèle, il offrira une évolutivité rentable pour servir un nombre croissant de clients parmi les ressources existantes.

 

Frustration n°3 : le manque de temps nous oblige à agir rapidement

Les logiciels de la profession comptable ont tellement évolué que les erreurs d'organisation de l'information sont infimes. Les « règles » du logiciel évitent beaucoup d'erreurs en augmentant les niveaux de conformité. En revanche le temps nécessaire à l'organisation de l'information pour en tirer un sens résulte que lorsque le moment de la décision arrive, vous n'avez tout simplement plus assez de temps !

Vous avez peut-être ressenti le besoin d'explorer, de faire plus de recherches, d'enquêter, de vérifier, cependant vous devez agir rapidement en utilisant votre intuition et votre sagesse, car le temps presse. Vous finissez invariablement par vous sentir nerveux et espérez que les choses finiront par s'arranger. Rien d'étonnant à ce que les comptables aient voté « la capacité décisionnaire », comme étant une condition sine qua non au succès!

Devinez quoi ?

L'automatisation et l'intégration vous libéreront considérablement. Vous aurez plus de temps pour vous assurer que vos décisions ne sont prises qu'après des analyses plus poussées. Alors que l'automatisation entraînera une croissance de votre cabinet, certes vous manquerez toujours de temps, mais beaucoup de vos analyses manuelles auront déjà effectuées pour vous par le logiciel. Vous aurez ainsi l'assurance que vos décisions sont plus judicieuses qu'avant.

 

Frustration #4 : que devons-nous retenir ?

Lors de l'analyse des informations comptables d'un client chaque détail compte ; ce qui nous ramène à la frustration n°3 : le manque de temps. Nous avons donc tendance à ne prendre en compte que les choses les plus importantes et cela nous amène à ignorer sélectivement beaucoup de détails (en faisant confiance à nos expériences passées et habitudes lors de situations similaires). Le défi est de faire la différence entre les informations que nous pouvons ignorer en toute sécurité et celles que nous devons retenir.

Devinez quoi ?

L'automatisation nous aidera à comprendre automatiquement ce que nous devons retenir, en nous basant sur nos propres actions répétitives. En d'autres termes, au lieu d'essayer de se rappeler de ne pas rater les détails importants, l'automatisation aidera les comptables à reconnaître ces informations.

L'accent passera de la routine à la pertinence et cela augmentera la valeur du travail délivré par les comptables.

 

Le mystère des succès à venir : comment y donner un sens

L'automatisation traitera les frustrations n°1, 3 et 4 beaucoup plus rapidement que la n°2 (interpréter les résultats en fonction de « qui » et « pourquoi »).

Une fois les états financiers rendus à leurs clients par les comptables, s'engage une lutte herculéenne pour ces dirigeants d'entreprises afin de comprendre et interpréter ces documents.

Rappelez-vous que les dirigeants d'entreprise - à moins d'être eux-mêmes comptables - ne sont pas formés pour déchiffrer ces données financières.

Cela signifie de manière très subtile, que l'automatisation déplacera ce casse-tête, du dirigeant d'entreprise vers les comptables.

Pour les comptables, cela leur donne la possibilité de tirer parti d'un modèle d'affaires « à forte valeur ajoutée et à rendement élevé », mais sous la condition, qu'ils soient prêts à acquérir les compétences nécessaires pour leur permettre de trouver la bonne interprétation pour leurs clients.

image

Traduction de l'article de Hitendra Patil « How to Beat Automation in Accounting » publié sur le site CPA Trendlines le 15 mars 2017.

Hitendra Patil est l'auteur de « Accountaneur : The Entrepreneurial Accountant ».

Publication sur Compta Online avec accord de l'auteur et de CPA Trendlines que nous remercions vivement !

Comment vaincre l'automatisation de la comptabilité ?

Retour en haut