BanStat
Logo Compta Online
CEGID

Comptabilisation des options

1
6 197
0
1 réponse
6 197 lectures
0 vote
Wafeul
ProfilWafeul
Etudiant Master CCA
  • 01 - Ain
Envoyer un message privé   Ajouter à mes contacts
  • 0 vote
popupBulle tail
Profil
Etudiant Master CCA


Ecrit le: 25/08/2015 20:52
0
VOTER
Votez MoinsVotez Plus

Bonjour à toutes et à tous,

Je dois rattraper un partiel de comptabilité dans 2 jours (dans le cadre de ma L3 CCA) , ma copie a en effet été perdue !

Je fais appel à vous concernant un point de mon cours assez technique que je ne comprends pas, et ce même après de longues recherches sur internet (ce point n'est même pas au programme du DCG / DSCG).

Mon problème porte sur la comptabilisation des options (instruments financiers à terme). Mon enseignant s'est surtout attardé sur les contrats à terme. Pour les options, je ne possède pas de cours et seulement un exercice corrigé.

Mes questions :

1) Quel traitement comptable pour la prime de l'option à la clôture ? Dans mon exercice, la prime de départ cote à 0,005 de l'emprunt, soit 35 000 € (7 000 000 x 0,005). A la clôture, la prime cote à 0,007, et les écritures suivantes sont passées :

31/12/N

Débit 52 Instruments de trésorerie : 14 000 €
Crédit 512 Banque : 14 000 €

01/01/N+1, contrepassation ?

Débit 471 Compte d'attente : 14 000 €
Crédit 52 Instruments de trésorerie : 14 000 €

Je ne comprends pas du tout la logique de ces écritures. Pourquoi payer un complément de prix ? Parce que le sous-jacent est un emprunt et donc un passif, ou alors ça n'a rien à voir ?

Par exemple si l'option concernait un portefeuille de titres (donc un actif) aurions-nous plutôt reçude l'argent en banque ?

De plus on utilise un compte d'attente qui n'est pas soldé dans la suite de l'exercice. Ne devrait-on pas le solder par un compte de charge financière ?

2) Y a-t-il des appels de marge dans le cadre des options ? Ou les variations de valeur ne concernent que la variation de la prime à la clôture ?

Je vous remercie par avance pour vos réponses !

Jex94
ProfilJex94
Fiscaliste en entreprise
  • 94 - Val-de-Marne
Envoyer un message privé   Ajouter à mes contacts
  • 124 votes
popupBulle tail
Profil
Fiscaliste en entreprise


Re: Comptabilisation des options
Ecrit le: 26/08/2015 19:36
0
VOTER
Votez MoinsVotez Plus
Message édité par Jex94 le 26/08/2015 19:45

Bonjour,

Dans mes vieux cours de DECF, on traite bien la comptabilisation des instruments financiers, et notamment les options, donc j'imagine que ça doit exister aussi en DCG et DSCG ?

NB : Pour répondre à la question posée, je me suis référé au Memento Comptable Francis Lefebvre 2015, § 2141 et suivants.

La prime versée au départ s'enregistre dans un compte de dépôt de garantie (275), par le crédit du compte bancaire (512).

Ensuite, les variations de la valeur de la prime sont formalisées, jusqu'à la date d'échéance, par des appels de marge quotidiens de la banque, avec encaissements et décaissements réels, (c'est en tout cas ce qui est présumé dans les exemples d'écritures proposés dans le Memento), et s'enregistrent donc dans le compte banque (512), par contrepartie de :

* Une charge ou produit financier (668/768), s'il s'agit d'une opération spéculative sur une marché organisé,

* Un compte d'attente (52 au débit ou au crédit), s'il s'agit d'une opération de couverture, ou d'une opération spéculative sur un marché de gré à gré.

Il n'y a pas donc pas d'écritures d'inventaire (OD) au sens stricte du terme dans le cas d'appels de marge quotidiens : Le 31/12/N, l'appel de marge décaissé en encaissé permet de constater la plus ou moins-value au 31/12/N.

Toutefois, en cas de moins-value sur opération spéculative réalisée sur un marché de gré à gré, on passera une écriture d'inventaire au 31/12/N de provision pour risque .

Dans le cas ou il n'y aurait pas pas d'appels de marge quotidiens et donc d'encaissements ou décaissements réels, il y aurait cette fois-ci à constater des écritures d'inventaire, uniquement lorsque cela impacte le compte de résultat :

Donc lorsqu'il s'agit d'opérations spéculatives sur un marché organisé, on passerait les écritures suivantes :

* Moins-value latente : 668 au débit, par le crédit d'un 4686 ou 5181

* Plus-value latente : 4687 ou 5188 au débit, par le crédit d'un 768

Et lorsqu'il s'agit d'une moins value latente sur une opération spéculative effectuée sur un marché de gré à gré :

* Provision pour risque et charge : 686 au débit par le crédit d'un compte 15

Et donc lorsqu'il s'agit de plus ou moins-values sur opérations de couverture ou de plus-values sur opérations spéculatives effectuées sur un marché de gré à gré, on ne passe aucune écriture d'inventaire, (s'il n'y a pas eu d'appels de marge donc).

Enfin, lors du dénouement de l'opération :

* Opérations spéculatives : La plus ou moins-value définitive est passée en produit (768) ou en charge (668). (Le compte 52 est alors à solder par un produit ou une charge dans le cas des opérations spéculatives sur marché de gré à gré pour lesquelles il y a eu des appels de marge comptabilisés en 52), et la provision pour risque est reprise le cas échéant (pour le cas des moins-values latentes sur opérations spéculatives effectuées sur marché de gré à gré).

* Opérations de couverture : La charge ou le produit financier définitif est à étaler sur la durée résiduelle de l'élément couvert (ici l'emprunt), de manière symétrique au mode de comptabilisation des pdts et charges relatifs à cet élément.

Pour en venir maintenant à votre exemple, il y a donc une plus-value de 14 000 € au 31/12/N, la cote étant passée de 0.005 x 7 000 000, à 0.007 x 7 000 000, soit de 35 000 € à 49 000 €.

En supposant que cette plus-value de 14 000 € corresponde à une opération de couverture, d'une part, et fait l'objet d'un appel de marge au 31/12/N avec encaissement réel, d'autre part, l'écriture serait plutôt : 512 débit par le crédit d'un 52.

Au 01/01/N+1, il n'y a pas contrepassation dans ce cas : Les prochains appels de marge encaissés ou décaissés seront comptabilisés normalement en 52 par contrepartie du 512. Puis lors du dénouement, voir ce qui est indiqué un peu plus haut.

-> Les écritures proposées par l'énoncé semblent donc à côté de la plaque ! Etes-vous sûr d'avoir bien retranscris l'énoncé ? S'agit-il d'un énoncé officiel ou est-ce tiré d'un livre dont l'auteur n'y comprends rien ?

Il y a donc la plupart du temps des appels de marge dans le cadre des contrats de couverture de taux par options, mais ce n'est pas obligatoirement le cas.

Bien cordialement,

Jex



--------------------
Retour en haut




1
6 197
0





connectés
Publicité
Comptalia
Retour en haut
fermer
Connexion membre
Nom d'utilisateur ou email
Mot de passe
  
Avertissement : Ce site permet aux internautes de dialoguer librement sur le thème de la comptabilité.
Les réponses des Internautes et des membres du forum n'engagent en aucun cas la responsabilité de Compta Online.
Tout élément se trouvant sur ce site est la propriété exclusive de Compta Online, sous réserve de droits appartenant à des tiers.
Toute copie, toute reprise ou tout usage des photographies, illustrations et graphismes, ainsi que toute reprise de la mise en page figurant sur ce site, ainsi que toute copie ou reprise en tout ou partie des textes cités sur ce site sont strictement interdits, sous réserve de l'autorisation express écrite de l'ayant droit.

Toute reprise ou tout usage, à quelque titre que ce soit, des marques textuelles, graphiques ou combinées (comme notamment les logos) sont également interdits, sous réserve de l'autorisation express écrite de l'ayant droit.

© 2003-2020 Compta Online
S'informer, partager, évoluer