BanStat
Logo Compta Online

Comptabiliser le carry back (déficit reportable en arrière)

46 780 lectures
0 commentaire
Catégorie : Impôt sur les sociétés
46 780
0
Article écrit par (521 articles)
Modifié le
Carry back

Le report en arrière des déficits consiste à imputer, sur la déclaration des résultats, un déficit fiscal sur le bénéfice de l'exercice précédent. L'entreprise génère ainsi une créance fiscale d'impôt sur les sociétés au moment de l'exercice déficitaire, qu'elle peut ensuite utiliser pour régler ses futures échéances d'IS.

Elle a également la possibilité d'obtenir le remboursement de cette créance au bout d'une durée de 5 ans si elle le souhaite. Ce dispositif ne s'applique donc qu'aux entreprises soumises à l'IS.

Le report en arrière des déficits n'est possible que sur le dernier exercice clos. Il est plafonné à 1 million d'¤ et doit être demandé au plus tard au moment du dépôt de la liasse fiscale qui fait apparaître ce déficit. Le déficit ne s'impute pas sur les bénéfices distribués.

La créance de carry back n'a pas d'incidence sur le calcul de la participation des salariés aux résultats.

 

L'imputation de la créance de report en arrière des déficits

L'imputation de la créance de report en arrière se fait uniquement sur l'impôt sur les sociétés et les acomptes correspondants. L'imputation de la créance de carry back sur les dettes fiscales issues d'un autre impôt tel que la TVA n'est pas possible sauf si la créance de carry back est devenue remboursable. L'imputation remplacera alors le remboursement.

Dans le cas de l'utilisation de la créance de carry back pour le paiement d'un acompte d'impôt sur les sociétés il convient de comptabiliser le montant imputé :

  • au débit du compte 444 État-Impôts sur les bénéfices (ou de sa subdivision 4441 État-Acomptes IS) ;
  • au crédit du compte 4442 État-Créances de carry-back.

 

Le remboursement de la créance de report en arrière des déficits

Le remboursement de la créance se fait au bout de 5 ans sauf si la société concernée fait l'objet d'une procédure de sauvegarde, de sauvegarde financière accélérée, de redressement ou de liquidation judiciaire. Dans ce cas, elle pourra bénéficier d'un remboursement anticipé. Depuis le 1er janvier 2021, cette procédure est également applicable en cas de procédure de conciliation (CGI, art. 220 quinquies I).

 

La mobilisation de la créance de carry back

Sans attendre le délai de 5 ans et son remboursement, les entreprises peuvent également céder leur créance de carry back à un établissement bancaire, la remettre à l'escompte ou l'utiliser pour le paiement de l'impôt sur les sociétés des exercices suivants.

Si la créance est cédée en garantie à un établissement bancaire, elle ne peut plus être imputée sur l'IS dû au titre d'un exercice clos à compter de cette date. Le traitement comptable suit alors celui des « loi Dailly ».

Si la créance est remise à l'escompte, le traitement comptable suit celui des effets remis à l'escompte.

 

La comptabilisation du carry back (créance de report en arrière des déficits)

Le produit né du report en arrière des déficits est comptabilisé dans un compte 699 Produits - Report en arrière des déficits. Ce produit n'est pas imposable et sera déduit extra-comptablement.

La création d'une subdivision du compte 444 (compte 4442 État - Créances de carry back) pour la créance permettra d'en suivre l'imputation et le remboursement.

Exemple de report en arrière d'un déficit

Une société soumise à l'impôt sur les sociétés réalise en N un déficit de 3 millions d'¤. Elle est soumise au taux plein d'IS, soit 25%. L'année précédente, en N-1, son résultat fiscal s'élevait à 4 millions d'¤. L'année suivante, en N+1, elle réalise un bénéfice de 10 millions d'¤.

En N, constatation de la créance :

  • montant du déficit N : 4 millions d'¤ 
  • plafond légal du report en arrière : 1 million d'¤
  • report en arrière : 1 million d'¤
  • montant de la créance fiscale (déficit reporté x taux d'IS) = 1 000 000 x 25% = 250 000¤

En N+1, imputation du déficit restant à reporter et utilisation de la créance de carry back pour régler une partie du solde d'IS :

  • bénéfice fiscal avant imputation : 10 millions d'¤
  • déficit N restant à reporter : 4 000 000¤ - 1 000 000¤ (reporté en arrière) = 3 000 000¤
  • bénéfice imposable : 10 000 000¤ - 3 000 000¤ (déficit reporté en avant) = 7 000 000¤
  • IS à payer : 7 000 000¤ x 25% = 1 750 000¤
  • IS restant dû après imputation de la créance de carry back : 1 750 000¤ - 250 000¤ = 1 500 000¤

 

Numéro de compte

JJ/MM/NN

Montant

Débit

Crédit

Débit

Crédit

695

IS dû sur le bénéfice N+1 : 7 000 000 x 25%

1750000¤

444

IS dû sur le bénéfice N+1 : 7 000 000 x 25%

1750000¤

 

Numéro de compte

JJ/MM/NN

Montant

Débit

Crédit

Débit

Crédit

444

Utilisation de la créance de carry back

250000¤

4442

Utilisation de la créance de carry back

250000¤

 

Numéro de compte

JJ/MM/NN

Montant

Débit

Crédit

Débit

Crédit

444

Paiement du solde d'IS

1500000¤

4442

Paiement du solde d'IS

1500000¤

 

Comment comptabiliser le carry-back ?

Le montant de la créance d'impôt sur les sociétés constatée à l'occasion d'un report de déficit en arrière est comptabilisée au crédit du compte 699 Produits - Reports en arrière des déficits et au débit du compte 4442 Etat - Créances de carry back.

Comment reporter un déficit en arrière ? 

Le report de déficit en arrière n'est possible que sur l'exercice précédent, à hauteur d'un million d'¤. Ce report doit être demandé au plus tard au moment du dépôt de la liasse fiscale qui fait apparaître ce déficit.


Comptabiliser le carry back (déficit reportable en arrière)


© 2022 Compta Online
Retour en haut