Logo Compta Online

L'expertise comptable : un secteur menacé ?

2 213 lectures
0 commentaire
Catégorie : Actualité des métiers du chiffre
2 213
0
Article écrit par (207 articles)
Modifié le
Dossier lu 5 989 fois

Experts-comptables : faut-il avoir peur des prédictions pessimistes ?

Le métier d'expert-comptable existe depuis longtemps. Les évolutions et technologies laissent à penser que le métier est menacé. Qu'en pensez-vous ?

« L'expert-comptable a un bel avenir et dans la chaîne de valeur de l'entreprise en jouant sur les principes et l'analyse plutôt qu'uniquement sur le respect des normes ». P. De Lima

« Les évolutions technologiques sont donc bien plus un moyen de modernisation qu'un concurrent (...) cela impactera notre organisation sans remettre en cause notre position privilégiée auprès des chefs d'entreprise ». J-C Forestier

En fait, il est important de distinguer le comptable de l'expert-comptable. En quelque sorte, le comptable est un peu menacé mais pas du tout l'expert-comptable. Libre aussi au comptable de devenir...expert-comptable ! Je m'explique.

Certes il peut y avoir certaines tâches administratives du comptable qui s'automatisent et c'est tant mieux, cela va lui permettre de dégager du temps pour monter en gamme vers les métiers de l'expertise comptable.

On a parfois l'impression que les professions comptables, le comptable et l'expert-comptable d'ailleurs, sont tel un Janus, dieu des portes et des chemins, doté d'une double tête qui l'empêche d'avancer... alors que des solutions évidentes sont pourtant bien là.

D'un côté, ils doivent respecter des règles et être le garant de la sécurité du chiffre et de sa qualité, c'est aussi un peu son métier traditionnel. Ici, on cite régulièrement des concurrents traditionnels comme l'informatique avec l'intelligence artificielle et aussi les blockchains... (en réalité on aura compris que l'informatique va l'aider à se débarrasser de certaines tâches fastidieuses, les plus administratives, certains comptables « très administratifs » pardonnez-moi pourraient être tentés de quitter la profession mais de comptable uniquement, car il lui reste l'expertise s'il veut évoluer !).

D'un autre côté, le comptable doit évoluer et doit devenir expert-comptable en se positionnant sur l'interprétation, sur l'analyse financière, la valeur ajoutée et là...

Mais les experts comptables cette fois-ci seraient concurrencés par un écosystème de gens comme les analystes financiers, les actuaires, les quants, les contrôleurs de gestion, les data scientists et même google et pourquoi pas les GAFAM rien que ça !!!!! et bien non, en réalité l'expert-comptable a un bel avenir et dans la chaîne de valeur de l'entreprise en jouant sur les principes et l'analyse plutôt qu'uniquement sur le respect des normes.

La disparition des experts-comptables est un vieux serpent de mer tant la pythie souhaite annoncer la fin de notre profession. Ces prophéties sont multiples elles ont longtemps pris la forme de la fin du monopole, puis de la concurrence délocalisée en Europe et désormais la profession est menacée par l'intelligence artificielle et par le big data.

Ce qui est certain c'est que la position de notre profession est consolidée par une double confiance, celle de nos clients et celle des pouvoirs publics. Ce qui est également sûr c'est que la profession crée l'envie auprès de certains des opérateurs connexes qui se voient déjà nous remplacer non par une compétence sanctionnée par un diplôme, par une proximité aux chiffres et la gestion des flux et un code de déontologie qui nous interdit les comportements borderline.

La profession est souvent comparée aux dinosaures car notre disparition est annoncée comme  certaine pour des raisons diverses. Nous disposons de deux avantages par rapport à nos prédécesseurs reptiliens, notre fin est annoncée depuis si longtemps que le darwinisme va nous permettre d'y échapper et le second avantage est notre boite crânienne plus développée qui fait que nous pouvons anticiper, évoluer et continuer à accompagner nos clients avec ambition dans leur développement.

Sur la fin du monopole et la disparition des teneurs de livre, nous pouvons être rassurés, d'autant plus, que comme le dit un ancien président de l'OEC, « le travail de l'expert-comptable  commence quand la comptabilité est faite ». Nous ne parlons pas ici de saisie comptable mais bien de conseil, d'appréhension des risques, d'accompagnement du dirigeant dans le but de développer son activité en phase d'expansion ou de conservation de son patrimoine en phase de repli.

Je rejoins parfaitement l'analyse de Pascal de Lima, qui adhére la description duale ci-dessus, le comptable étant à distinguer de l'expert ;  Il existe deux métiers. Les premiers étant réellement menacés et devant nécessairement envisager leurs fonctions comme nécessitant changement de braquet alors que les seconds seront toujours nécessaires car ils ne gèrent pas que des flux équilibrés en débits et crédits, ils gèrent de l'humain et fort heureusement pour nous, les robots ne sont pas aujourd'hui prêts à nous surpasser sur ces différents points.

Le retour du Congrès de Lille nous donne des ailes sur ce dernier point. Il était fortement appréciable d'avoir des économistes tel que M de Lima ou des sondeurs pour nous sortir de notre vase clos qui pourrait avoir comme effet de nous contenir dans un monde détaché de la réalité.

La figure de Janus n'a certainement pas dû parler à l'ensemble des experts-comptables présents au Congrès ; elle évoque pour moi à la fois des réminiscences d'hypokhâgne et de Sciences Po mais également la figure de Jean-Baptiste Clamence héros de «  la Chute ». Le nom de ce personnage viendrait de « Vox Clamens in deserto » celui qui prêche dans le désert, encore une fois une rumeur que nous ne souhaitons pas entendre, comme celle de notre disparition inéluctable.

Le titre de ce roman de Camus pourrait être appliqué à la situation actuelle : « la chute des experts-comptables ». Le Dieu Janus dans ce livre de Camus est calqué sur la personnalité double du protagoniste qui se dit juge pénitent, comme l'est l'expert-comptable, teneur de livre et conseil. La métaphore filée pourrait être développée avec comme fil rouge ce dieu. Pour certains, dieu des portes, dieu au double visage, Janus est le signe de l'immobilisme bloqué entre le passé (le comptable regarde toujours le passé) et l'avenir (l'expert-comptable anticipe, conseille, accompagne arbitre). Le comptable est une figure peu utilisée dans la culture (film, romans, séries etc.) mais quand il l'est, le personnage est souvent ancré dans le passé. Je préfère l'autre attribution du dieu Janus, dieu des transitions – d'un lieu à un autre, d'un état à un autre – qui protège le passage de l'intérieur à l'extérieur, et inversement.

L'expert-comptable représenté par le Dieu des transitions... Quelle ironie alors que les articles prédisent notre disparition. Les évolutions technologiques sont donc bien plus un moyen de modernisation qu'un concurrent même si certains dommages collatéraux semblent inévitables dans certaines organisations qui n'auront su mettre en place ces outils. Bref si la météorite qui va détruire les experts-comptables doit/va tomber, cela impactera notre organisation sans remettre en cause notre position privilégiée auprès des chefs d'entreprise.

L'expertise comptable : un secteur menacé ?