Logo Compta Online

Former les comptables à l'intelligence artificielle : c'est possible !

2 242 lectures
0 commentaire
Catégorie : Actualité des métiers du chiffre
ENOES ENESIA

L'intelligence artificielle est une technologie qui fait beaucoup parler d'elle. Bien maîtrisée, elle promet de nombreux gains de productivité au sein des cabinets d'expertise comptable.

Déjà à ce stade, les exemples d'utilisation de l'intelligence artificielle par les grands cabinets d'expertise comptable et d'audit ne manquent pas. Elle est utilisée pour la recherche d'erreurs, l'analyse des risques, l'inventaire annuel, l'édition de rapports, etc.

Pour Catherine Garcia, Secrétaire Générale du groupe ENOES, la maîtrise de l'intelligence artificielle est une compétence qui sera aussi indispensable au comptable de demain que la maîtrise du tableur Excel aujourd'hui.

 

Quel est l'intérêt de l'intelligence artificielle pour la profession comptable ?

L'intelligence artificielle est un terme que l'on utilise absolument partout, mais qui recouvre un très grand nombre de domaines. De façon simple, dans le langage courant, cela englobe le big data, le machine learning et le deep learning.

Pour simplifier, le big data est la gestion de gros volumes de données par des algorithmes. Cela a été rendu possible par l'augmentation des technologies, l'augmentation des vitesses et des capacités de calcul des ordinateurs.

Le machine learning apparaît lorsque la machine apprend par elle-même, a la capacité de rapprocher plusieurs bases d'informations et d'interagir avec ces bases.

Le deep learning est beaucoup plus sophistiqué. A mon sens, cela concerne beaucoup moins les métiers de la comptabilité, de l'audit. Dans ces professions, on parle aujourd'hui principalement du big data et du machine learning.

L'intérêt pour la profession comptable se trouve dans le fait que c'est une profession qui gère un très grand nombre de données. Je pense que la gestion des données et le big data vont devenir la base du travail à réaliser au sein des cabinets. Pourquoi ? Parce que l'intelligence artificielle, c'est l'Excel de demain.

On parle ici plus précisément de la programmation en python et de la logique de l'intelligence artificielle qui vont être très utiles. Aujourd'hui on a des logiciels qui font énormément de choses. Malgré tout, le comptable utilise toujours Excel parce que c'est tout simplement très flexible.

Avec des programmations et des logiques d'intelligence artificielle, il devient possible de customiser ses besoins par rapport à des logiciels standards.

 

Peut-on créer son propre programme de lettrage automatique ou de recherche d'erreurs avec l'intelligence artificielle ?

C'est exactement ça. Ce qu'il faut bien comprendre avec l'intelligence artificielle, c'est que cela a l'air très complexe et que cela peut effectivement l'être (certains systèmes sont excessivement complexes) mais qu'il est tout à fait à la portée de beaucoup de professionnels d'apprendre à faire des petits programmes en intelligence artificielle.

C'est vraiment très accessible. Il faut simplement être bien formé.

Pour continuer la comparaison avec Excel, il y a toujours des personnes qui ne maîtrisent pas l'outil et il y aura toujours ceux qui vont l'explorer, l'utiliser au maximum. Avec l'intelligence artificielle, c'est la même chose.

De la même manière que chacun maîtrise aujourd'hui les fichiers Excel à un niveau qui est raisonnable, demain, le collaborateur de cabinet pourra automatiser les lettrages par exemple selon ses besoins.

Il peut le faire avec des programmes d'intelligence artificielle qui ne sont pas très sophistiqués puisqu'à mes yeux, il s'agit ici d'une intelligence artificielle simple. C'est valable aussi pour la recherche d'erreurs dans un grand livre et nous avons déjà développé ce type d'algorithmes au sein de notre école, l'ENESIA.

La démarche est intéressante pour les cabinets de taille moyenne et surtout pour les plus gros.

 

Quelles sont les raisons du partenariat entre l'ENOES et l'ENESIA ?

Nous avons noué un partenariat avec l'ENESIA pour proposer des formations grâce à cette école spécialisée dans l'intelligence artificielle. Cela se fait toujours en partenariat avec des moyens et grands cabinets et avec des classes spécifiques aménagées pour la comptabilité.

Nous accompagnons cette profession depuis plus de 80 ans et cela nous paraît absolument indispensable pour le métier tel qu'il sera dans quelques années. Historiquement, les experts-comptables et les auditeurs ont toujours été très en avance sur les technologies.

Quand on regarde le passage à l'informatique, les professionnels dans leur ensemble (les petits, moyens et grands cabinets) se sont adaptés très vite. C'est une profession qui, dans son ensemble, recherche des gains de productivité et a eu tendance à utiliser la technologie dans ce but.

Il nous semble donc indispensable de former le collaborateur de demain à ces métiers de l'intelligence artificielle, surtout pour les auditeurs qui ont besoin de faire des travaux de recherche de vraisemblance, de recherche d'erreurs.

 

Quelles sont les formations proposées par l'ENESIA et l'ENOES dans le cadre de ce partenariat ?

Grâce à ce partenariat, il est possible de se former à l'intelligence artificielle de plusieurs manières. Il y a tout d'abord le Bachelor de Data Analyst et le Mastère IA Data Engineer avec des options ou spécialités en comptabilité et audit, la possibilité d'alternance en cabinet d'expertise comptable.

Il y a ensuite les modules complémentaires (initiation, intermédiaire et confirmé) dédiés notamment aux étudiants de la filière de l'expertise comptable de l'ENOES. Tous les étudiants de l'ENOES pourront être sensibilisés à l'intelligence artificielle.

Nous proposons également des modules d'IA avec des applications métiers, en formation continue.

Pour le Bachelor, nous allons recruter soit en post-bac soit des titulaires de BTS (ou niveau équivalent). Dans le premier cas, on va privilégier les profils scientifiques tout en incitant tous les talents à postuler. Ces talents ne se reflètent pas forcément dans la seule mention du baccalauréat.

Ceux qui sont titulaires d'un BTS d'informatique entreront donc en troisième année, les autres peuvent entrer en deuxième année de bachelor. L'entrée en deuxième année s'accompagne de cours accélérés avant la rentrée pour rattraper la première année.

Même le collaborateur de cabinet qui souhaite compléter sa formation peut accéder à la formation, par exemple en mastère. Il peut aussi s'inscrire dans le cadre de sessions de formation de 15 ou 30 heures.

Enfin, nous allons proposer un Mastère de spécialisation en un an dédié à l'intelligence artificielle, au management et à la gestion de projet. Les collaborateurs concernés pourront développer des projets d'intelligence artificielle dans des structures qui en ont besoin.

Pour revenir à l'exemple du programme qui automatise le lettrage, nous considérons que les étudiants seront capables de faire des choses simples dès la fin de la première année. Le langage python est assez facile à apprendre et les candidats arrivent très vite à développer de petits programmes.

C'est pour cette raison que nous avons choisi l'alternance dès la fin de la 2e année de bachelor. Ils sont opérationnels.

 

Est-ce que ça peut déboucher sur un double diplôme ?

Clairement oui. Mais il ne faut pas mélanger les filières.

Nous consolidons la filière de DCG et DSCG dans laquelle il y aura bien sûr de l'intelligence artificielle au sens large mais il s'agit aussi d'apporter une connaissance de tous ces métiers technologiques.

En revanche, nous réfléchissons très sérieusement à la création d'un double cursus c'est-à-dire avec plus d'intelligence artificielle et avec la possibilité de préparer aussi le DCG en partenariat avec l'ENOES.



Vous organisez une conférence sur l'intelligence artificielle. Pouvez-vous nous en dire un peu plus ?

L'objectif de cette conférence est de présenter l'intelligence artificielle avec des intervenants du meilleur niveau.

L'idée est de montrer qu'il s'agit d'une révolution. C'est un bouleversement majeur et il s'agira de faire le tri entre réalité, fiction et utopie.

Chaque secteur comme l'informatique, l'intelligence artificielle, la psychologie cognitive, les mathématiques se développe. La combinaison de ces développements rend l'intelligence artificielle excessivement puissante.

Aujourd'hui, les algorithmes peuvent faire des choses absolument phénoménales mais l'homme reste maître de ce qui se passe. Il faut souvent du bon sens pour utiliser les résultats obtenus.

C'est ce que nous allons tenter de démontrer dans cette conférence.

Inscrivez vous à la conférence « L'Intelligence Artificielle, une révolution dans le business et dans les sciences » organisée par ENESIA, l'École de la Data et de l'Intelligence Artificielle le 25 novembre 2021 à 19h00.

Conférence avec Laurent LAFFORGUE, Médaille Fields 2002, et Nicolas LOPEZ, fondateur d'ENESIA.

ENOES, l'Ecole de l'Expertise Comptable et de l'Audit

www.enoes.com

ENOES, l'Ecole de l'Expertise Comptable et de l'Audit sur Twitter ENOES, l'Ecole de l'Expertise Comptable et de l'Audit sur Facebook ENOES, l'Ecole de l'Expertise Comptable et de l'Audit sur LinkedIn ENOES, l'Ecole de l'Expertise Comptable et de l'Audit sur Instagram


Former les comptables à l'intelligence artificielle : c'est possible !


© 2021 Compta Online
Retour en haut