BanStat
Logo Compta Online

Hackaudit 2021 de la CNCC : interview de Sylvain Begenne

1 210 lectures
0 commentaire
Catégorie : Actualité des métiers du chiffre
1 210
0
Article écrit par (12 articles)
Modifié le
Sylvain Begenne

La Compagnie nationale des Commissaires aux Comptes (CNCC) renouvelle pour la 3ème année le Hackaudit, évènement d'innovation de la profession.

Quel est l'objectif de ce challenge ? À qui s'adresse-t-il ? En quoi se distingue-t-il des deux éditions précédentes ? Réponse avec Sylvain Begenne, membre de la commission Perspectives & Innovation.

Pouvez-vous nous rappeler le contexte de cette 3ème édition ?

Les deux précédentes éditions avaient pour but d'identifier des outils utiles aux membres de la profession dans la réalisation de leur mission de commissaires aux comptes. Nous avons souhaité alterner cette année avec des épreuves basées sur des évolutions techniques, des pratiques de la profession.

Nous souhaitions trouver un thème qui soit proche des problématiques rencontrées actuellement par les commissaires aux comptes et les entreprises. Être capable de proposer une mission permettant au professionnel d'évaluer la capacité de résilience des entreprises, aux regards des enjeux technologiques, sociétaux et environnementaux, pour être capable de s'adapter à une nouvelle crise si cela devait se reproduire dans les années à venir.

 

Vous parlez de résilience, s'agit-il de mesurer les faiblesses de l'entreprise ? De pouvoir les évaluer en amont ?

Il s'agit d'évaluer les capacités d'adaptation de l'entreprise. La capacité à utiliser de nouvelles technologies pour faire face aux contraintes du confinement, par exemple la mise en place du télétravail ou réorienter son offre vers de l'e-commerce.

 

L'objectif est-il d'obtenir une mission packagée, avec un livrable ?

Dans un premier temps l'objectif est d'être capable d'émettre une opinion sur ces problématiques de « capacité d'adaptation ». C'est aussi en lien avec la mission de base du commissaire aux comptes, l'analyse par les risques.

 

Que pouvez-vous nous dire sur les projets que vous avez reçus ?

Nous avons eu des interrogations sur la nature même de la mission que peuvent proposer les candidats. Par exemple, devait-elle concerner certains secteurs d'activité en particulier ? Nous avons choisi de le permettre sans l'imposer. Nous avons donc reçu des projets généralistes et d'autres adaptés à un secteur donné.

L'important est d'avoir un regard neuf, extérieur.

Les années précédentes, les participants étaient majoritairement des start-ups. Mais pour cette édition, nous avons clairement visé les étudiants et les collaborateurs de cabinets, sensibles à cette thématique de définition d'une mission. Le choix de cette problématique est pour nous un bon moyen de toucher les jeunes professionnels.

 

Pour le président de la CNCC, le conseil n'est pas du ressort du commissaire aux comptes. Cette position se traduit-elle dans les dossiers sélectionnés ?

Il s'agit d'une discussion importante dans nos groupes de travail. Nous souhaitons rester dans le cadre de la mission de commissaire aux comptes : l'analyse des risques et l'attestation de données financières et non-financières.

 

Quels sont les critères d'évaluation des dossiers ?

La sélection a été collégiale. Comme je l'ai déjà évoqué, la nature même de la mission proposée sera un premier critère de sélection. Autre critère très important : la mission doit répondre à un besoin du client. Nous voulons que cette mission soit adaptée aux problématiques de l'économie actuelle.

 

Envisagez-vous de faire d'Hackaudit un incubateur ?

Lors des précédentes épreuves, nous avions imaginé incuber un projet, mais la CNCC n'est pas structurée pour cela. Le format Hackaudit nous paraît plus adapté aux capacités de la CNCC dans ce domaine.

Il est aussi possible d'imaginer la création de ponts avec la commission Perspectives & Innovation, et son activité « développement d'outils ». Elle pourrait par exemple packager un outil dédié, utile aux commissaires aux comptes pour la réalisation de missions.

Nous sommes en relation étroite avec des écoles, et certaines ont bâti leurs propres équipes. Cela crée une émulation intéressante : pourquoi ne pas s'orienter prochainement vers un concours qui leur serait dédié ?

10 projets, portés par des étudiants et collaborateurs de cabinets, ont été sélectionnés début octobre. La prochaine étape de ce concours interviendra le 8 novembre 2021 avec la sélection des 5 finalistes. La finale aura lieu les 9 et 10 décembre 2021 à la Grande Arche de la Défense, à l'occasion des Assises de la Compagnie Nationale des Commissaires aux Comptes.

Hackaudit 2021

Maxime Navarrete

Maxime Navarrete
Responsable de l'actualité professionnelle de Compta Online, média communautaire 100% digital destiné aux professions du Chiffre depuis 2003.
Après 8 ans en tant qu'éditeur juridique puis rédacteur en chef de Lexis 360 experts-comptables chez LexisNexis, je rejoins l'équipe Compta Online en octobre 2021.
Suivez moi sur Twitter et sur Linkedin.


Hackaudit 2021 de la CNCC : interview de Sylvain Begenne


© 2021 Compta Online
Retour en haut