BanStat
Logo Compta Online

Les enjeux de la profession comptable au Québec

8 212 lectures
0 commentaire
Catégorie : Actualité des métiers du chiffre
8 212
0
Article écrit par (1354 articles)
Publié le
Modifié le 22/01/2018

Geneviève Mottard, présidente de l'Ordre des CPA du Québec

La profession comptable au Québec a été unifiée en mai 2012. Elle réunit les comptables agréés, proches des commissaires aux comptes français, les comptables généraux accrédités, équivalent des experts-comptables et les comptables en management accrédités qui correspondent aux diplômés d'expertise comptable en entreprise.

Ses enjeux sont proches de ceux que nous connaissons en France.

L'Ordre des CPA du Québec comprend 39 000 membres et existe pour protéger le public.

Le CPA québécois est inscrit à l'Ordre des CPA et a des obligations similaires à celles des experts-comptables français : assurance responsabilité professionnelle, formation, contrôle qualité etc.

Quelques mots sur l'Ordre des comptables professionnels agréés du Québec

L'Ordre des CPA au Québec fait partie des 46 ordres professionnels encadrés par l'Office des professions, l'un des 6 organismes qui relèvent de la ministre de la justice du Québec.

Il compte 39 000 CPA qui exercent en cabinet, dans le secteur public ou en entreprise et 5 000 candidats à la profession, l'équivalent de nos experts-comptables stagiaires.

L'Ordre québécois représente environ 20% de l'intégralité de la profession canadienne qui dépasse les 200 000 CPA et 25 000 candidats à la profession.

Il « protège le public, encadre les pratiques de ses membres depuis le stade du candidat jusqu'à la retraite » précise Geneviève Mottard, présidente et chef de la direction de l'Ordre des CPA du Québec depuis février 2016. L'Ordre s'occupe aussi du « rayonnement de la profession au Québec et dans les enjeux internationaux ». La formation est définie à l'échelle nationale.

 

Deux enjeux principaux de la profession comptable au Québec pour la pérennité

Ces deux enjeux de pérennité sont la pyramide des âges et les comptables étrangers, non titulaires d'un diplôme d'expertise comptable ou équivalent. Ces comptables, par le biais d'associations, tentent de s'implanter au Québec.

La moyenne d'âge des CPA est élevée et dans quelques années, les départs à la retraite seront plus importants que le nombre de candidats à la profession en cours de formation.

Ce n'est pas juste une question d'attractivité comme en France. Le besoin de comptables professionnels agréés surpassera aussi les capacités d'accueil des universités et écoles.

L'immigration prendra une importance encore plus grande et deviendra incontournable.

Les  « comptables non agréés ou non diplômés créent la confusion dans l'esprit du grand public qui ne fait pas toujours la différence entre celui qui est inscrit à l'Ordre et celui qui ne l'est pas » estime Geneviève Mottard. Et lorsque le professionnel n'est pas membre de l'Ordre québécois, les dépôts de plaintes et demandes d'indemnisation ne peuvent aboutir. C'est une problématique qui ressemble beaucoup à celle des « illégaux » en France.

 

Les enjeux de pertinence, automatisation, technologies...

Comme en France, le numérique est un véritable enjeu pour les experts-comptables canadiens et québécois. Geneviève Mottard parle ici de « l'avènement de l'ère numérique qui va avoir un impact fondamental pour la profession à plusieurs niveaux ».

Le premier niveau est la « mise en péril d'une partie de nos pratiques puisque ce travail des CPA va pouvoir être remplacé par des logiciels, l'intelligence artificielle. Le positionnement de la profession va devoir s'adapter » puisqu'une partie de son chiffre d'affaires risque de s'en aller avec ces outils.

Le second niveau se trouve dans les compétences que vont devoir acquérir les CPA pour pouvoir réagir à cette ère numérique. La question qui se pose alors est celle de la formation initiale (baccalauréat reconnu, mini maîtrise) et continue. « Nous allons devoir faire évoluer nos grilles de compétences et sensibiliser nos membres à l'arrivée de l'ère numérique » précise encore Geneviève Mottard. C'est important, surtout pour ceux qui exercent seuls.

Les comptables professionnels agréés doivent donc devenir de véritables conseillers d'affaires et réaliser moins de déclarations ou de tenues de livres.

 

La mise en avant de la profession comptable au Québec

Les comptables prennent rarement la parole en public. Un « nouvel enjeu est de mettre la profession beaucoup plus en avant auprès des pouvoirs publics ».

Il s'agit de permettre à l'Ordre des CPA de faire des propositions dans le cadre d'enjeux de société ou de projets de lois.

« L'Ordre des CPA doit évoluer dans ses pratiques et son organisation interne pour répondre à tous ces enjeux » conclue Geneviève Mottard.

Sandra Schmidt

Sandra Schmidt
Rédactrice sur Compta Online, média communautaire 100% digital destiné aux professions du Chiffre depuis 2003.
J'interviens sur Compta Online depuis 2007 et j'ai rejoint l'équipe en 2014. Mes articles abordent la comptabilité, la fiscalité, le droit social, les IFRS, mais aussi l'intelligence artificielle, la blockchain...
Suivez moi sur Linkedin et sur Twitter.

Les enjeux de la profession comptable au Québec

Retour en haut