BanStat
Logo Compta Online

Les épreuves et le programme du DCG

486 104 lectures
0 commentaire
Catégorie : Les études de la filière d'expertise comptable
486 104
0
Article écrit par (1409 articles)
Publié le
Dossier lu 3 693 681 fois

Le programme des différentes UE du DCG

Le programme du DCG ou diplôme de comptabilité et de gestion a été mis à jour par un arrêté du 13 février 2019, publié au Bulletin officiel du 27 juin 2019.

Le nouveau programme de DCG complète l'ancien en prévoyant explicitement l'étude d'un certain nombre de notions, souvent de simples précisions pour permettre de mieux comprendre les limites des programmes.

Plus clair grâce aux compétences attendues des candidats, souvent porteur de sens, il est plus précis et intègre de nouvelles notions telles que l'économie sociale et solidaire.

A lire : Réforme DCG 2019 : l'arrêté est publié

 

Le contenu du programme de DCG

Le programme du diplôme de comptabilité et de gestion est remanié pour la rentrée de septembre 2019 et est toujours composé de 13 UE, ou unités d'enseignement, et d'une épreuve facultative de langues étrangères.

La comptabilité, la finance, le contrôle de gestion, le droit, l'économie, le management, les technologies, la communication et l'anglais font partie des matières enseignées en DCG, divisées en quatre axes.

Une épreuve de soutenance d'un rapport de stage, désormais appelée communication professionnelle, vient compléter l'ensemble.

 

L'axe droit des affaires : 4 matières en DCG

Ces 4 épreuves se préparent en 600 heures de formation en DCG. La préparation au DCG dans le cadre de l'axe droit des affaires doit permettre d'identifier et de hiérarchiser les sources juridiques, de rechercher et d'analyser une documentation juridique fiable et actualisée, d'analyser une décision de justice et d'en dégager la portée, de qualifier un contrat ou un document professionnel, d'articuler un raisonnement juridique en proposant une solution adaptée.

Le programme des fondamentaux du droit (UE 1)

L'épreuve d'introduction au droit change de nom et devient l'UE de fondamentaux du droit.

Le programme de l'UE 1 du DCG « fondamentaux du droit » regroupe les matières juridiques suivantes :

  • introduction générale au droit : définition, branches et sources du droit, preuve etc. ;
  • droit des contrats et des contrats spéciaux ;
  • droit de la responsabilité civile et pénale ;
  • droit des biens ;
  • droit de la propriété ;
  • droit commercial ;
  • procédure civile ;
  • droit pénal général et procédure pénale.

La partie qui concernait les entreprises en difficultés est déplacée dans le programme de droit des sociétés.

Le programme de droit des sociétés (UE 2)

L'épreuve de « droit des sociétés et des groupements d'affaires » regroupe l'étude du droit commun des sociétés, des différents types de sociétés et des différents groupements de la vie des affaires (GIE, associations, sociétés d'exercice libéral, sociétés agricoles). S'y insèrent également les coopératives et les associations et depuis 2019, l'économie sociale et solidaire. Le droit pénal des affaires perd 10 heures, attribuées à la prévention des entreprises en difficultés.

À ce programme de droit des sociétés classique s'ajoute le droit pénal des affaires et l'étude de différentes infractions de la vie des affaires.

Le programme de droit social (UE 3)

Le programme de l'épreuve de « droit social » du DCG regroupe toutes les facettes du droit social. On y trouve du droit du travail, du droit de la protection sociale (sécurité sociale) et du contentieux prud'homal ou de la sécurité sociale.

Le programme de droit fiscal (UE 4)

L'UE 4 du DCG « droit fiscal » se distingue des trois autres matières juridiques puisque c'est une matière qui a pour finalité, le calcul de l'impôt entendu ici au sens le plus large.

Il s'agit d'étudier les trois impôts commerciaux et les revenus catégoriels de l'impôt sur le revenu :

  • impôt sur les sociétés ;
  • taxe sur la valeur ajoutée ;
  • contribution économique territoriale (CVAE et CFE) ;
  • traitements et salaires ;
  • bénéfices industriels et commerciaux ;
  • bénéfices non commerciaux ;
  • bénéfices agricoles ;
  • revenus de capitaux mobiliers ;
  • revenus fonciers.

Il s'agit également d'étudier un certain nombre d'autres impôts et taxes comme l'impôt de solidarité sur la fortune ou ISF, les droits d'enregistrement et divers impôts locaux.

 

L'axe gestion comptable et financière

L'axe comporte 4 épreuves de DCG, comptabilité, comptabilité approfondie, finance d'entreprise et contrôle de gestion. Les deux premières bénéficient de 20 heures de cours (ou préparation) supplémentaires chacune.

Le programme de l'UE9 « comptabilité » reprend celui de l'introduction en droit en ajoutant des aspects tels que la distinction entre les pièces justificatives et les autres documents comptables ou encore des aspects liés à l'environnement numérique et aux technologies.

Dans le cadre de l'UE 10 « comptabilité approfondie », l'approche par les compétences oblige à étudier séparément les actifs, les passifs, les stocks, les charges et produits. Les règles de la profession comptable et de la normalisation ainsi que les entités spécifiques (limitées aux associations et collectivités locales) restent au programme. La consolidation des comptes disparaît.

L'UE 11 « contrôle de gestion » est légèrement allégée (certaines notions sont transférées en DSCG, diplôme supérieur de comptabilité et de gestion) et les notions sont regroupées différemment. Il s'agit d'étudier la détermination et l'analyse des coûts de l'entreprise, la gestion budgétaire et les outils d'amélioration des performances dont la construction de tableaux de bord.

Le programme de l'UE 6 « finance d'entreprise » reste centré sur le diagnostic financier, l'investissement, le financement des entreprises et la trésorerie. La partie dédiée à la valeur disparaît même si certaines de ces notions sont reprises dans le programme.

 

L'axe analyse économique et managériale

Ici, le nombre d'heures de préparation ne change pas, malgré la disparition du coefficient 1,5. L'axe représente un total de 400 heures de préparation qui doivent permettre aux étudiants d'exploiter des documents variés, d'acquérir une culture économique et managériale, d'analyser des situations et décisions et d'élaborer une argumentation à partir d'une problématique donnée.

Le programme de l'UE 5 « économie contemporaine » couvre six grands thèmes :

  • les fondements et finalités de l'activité économique ;
  • le fonctionnement de l'économie de marché ;
  • les contributions des acteurs financiers à l'activité économique ;
  • la régulation publique ;
  • la croissance économique ;
  • les déséquilibres sociaux.

L'UE 7 « management » du DCG permet d'aborder les enjeux du management des organisations, le management stratégique, le management organisationnel, opérationnel. La réorganisation du programme de cette épreuve par compétences aura permis d'ajouter de nombreuses notions nouvelles dans les savoirs associés.

 

L'axe 4 : communication et environnement numérique

Le programme de l'UE 8 « systèmes d'information de gestion » doit permettre au candidat de comprendre le système d'information d'une organisation et de maîtriser les matériels et logiciels d'un poste de travail. Il couvre la description des matériels utilisés, l'utilisation d'un tableau ou d'une base de données, les progiciels métiers, la dématérialisation et les téléprocédures notamment. Les modifications apportées sont nombreuses tant sur le plan des notions citées qui permettent la mise à jour des programmes que de l'organisation des différentes parties du programme. La programmation sur tableur fait son apparition et la maîtrise du tableur prend une place accrue.

L'UE 12 « anglais des affaires » oblige les candidats à démontrer qu'ils sont capables de comprendre des documents de la vie des affaires. Le niveau minimum en anglais n'est plus exigé et le programme de cette épreuve est composé de 13 thèmes qui concernent l'entreprise ou l'économie. Les thèmes économiques et sociaux sont remplacés par les questions d'économie.

Le programme de l'UE 13 « communication professionnelle » permet au candidat d'acquérir les compétences nécessaires à la recherche d'informations via les sources documentaires et l'enquête, et de découvrir les spécificités des écrits professionnels.

Le rapport de stage qui fait l'objet de la soutenance doit contenir deux parties de 40 pages maximum. La première partie, divisée en deux permet de décrire l'activité de l'organisation (4 pages maximum) suivie d'une partie destinée à permettre de présenter et d'analyser un processus auquel il a participé, en mentionnant le ou les logiciels professionnels mobilisés. La troisième partie structurée de 30 pages au maximum hors annexes est le sujet à développer.

Sandra Schmidt

Sandra Schmidt
Rédactrice sur Compta Online, média communautaire 100% digital destiné aux professions du Chiffre depuis 2003.
J'interviens sur Compta Online depuis 2007 et j'ai rejoint l'équipe en 2014. Mes articles abordent la comptabilité, la fiscalité, le droit social, les IFRS, mais aussi l'intelligence artificielle, la blockchain...
Suivez moi sur Linkedin et sur Twitter.

Les épreuves et le programme du DCG

Retour en haut