BanStat

Les OGA ne nous manqueront pas ! En êtes-vous si sûr ?

4 573 lectures
2 commentaires
Catégorie : Actualité des métiers du chiffre
4 573
2
Article écrit par (15 articles)
Modifié le
Le rôle essentiel ignoré des OGA

Et voilà, clap de fin pour les OGA (organismes de gestion agréés).

Depuis le temps il fallait bien que cela arrive. L'administration fiscale et les experts-comptables dans leur très grande majorité attendaient ce moment. Alliés de circonstances et avec l'aide de politiques en recherche « d'actes forts » (!), ils ont eu la peau des OGA.

Pour l'administration, les syndicats pavoisent : « exit ces « privés » qui faisaient du contrôle à notre place et qui ont permis la suppression d'un certain nombre de fonctionnaires » ; pour le Budget ont peut imaginer que les nouveaux outils utilisés par l'administration pour analyser les FEC (fichiers d'écritures comptables) feront le même travail que ceux déployés par les OGA. Pour les politiques, ils sont très satisfaits, ils ont œuvré pour l'amélioration de la trésorerie des TPE : elles vont économiser de 150 à 200€ par an...

Pour les experts-comptables, la satisfaction est toute autre. Bien que de très nombreux OGA aient été créés par des experts-comptables (!) leur existence était une insulte à leur compétence. Hélas, depuis la création des OGA la SIGNATURE de l'expert-comptable n'était toujours pas reconnue et il fallait (scandale !), faire contrôler les déclarations des petites entreprises, des professionnels libéraux (donc les travaux les plus simples) par ces « anomalies » que sont les OGA !

Je reconnais bien volontiers que nouvel inscrit à l'ordre à cette époque je partageais ce point de vue ! Et puis il a bien fallu faire avec ; alors ces OGA sont devenus, en ce qui me concerne, comme un service de contrôle interne, un outil de formation complémentaire pour les collaborateurs en charge de ces dossiers (oui ! les remarques étaient souvent justifiées... et l'on ne faisait plus deux fois la même erreur !)

Et puis les circonstances ont fait que je me suis investi dans le fonctionnement de France Gestion et depuis des années je vois les choses de l'intérieur.

Inutile de revenir sur la mission régalienne des OGA, les experts-comptables qui supervisent les analystes salariés des OGA connaissent, eux, les remarques que les OGA étaient amenés à faire...passons... et parlons plutôt des autres actions des OGA (j'en vois déjà certains sourire...).

Je ne relèverai que celles ci :

  • Formation : ce sont 80 à 130 000 participants en formation par an, et plus de 10 000 stages annuels ;
  • Information : newsletter et journaux d'information ;
  • Statistiques : sur plus de 600 professions et sur 100 cessions de fonds de commerce, artisanaux et de patientèles ;
  • Observatoires : mensuel et trimestriel du chiffre d'affaires.

On objectera qu'en ce qui concerne ces trois derniers points, le CSOEC assure également ces services. Certes, mais en matière de communication les statistiques TPE de la Fédération des CGA sont très attendues et reprises par la banque de France et la Banque Populaire. La FCGA et la société ATOMETRICS sont partenaires depuis plusieurs années et ont développé des études spécifiques sur les villes, les fonds de commerce, des observatoires de la TPE... et nous ne pouvons que nous féliciter de voir le contact pris récemment par le CSOEC avec cette dynamique société. Pour l'information, bien évidemment les cabinets diffusent eux aussi leur plaquette... certes, mais pas tous, pas les plus petits...

En revanche, pour la formation, ces questions : qui demain assurera la formation de vos clients TPE, artisans, commerçants et professionnels libéraux ? Qui prendra le temps d'élaborer avec ces TPE un programme des formations qui les intéressent ? Qui sélectionnera les animateurs ?

La profession feint d'ignorer que ce sont des experts-comptables au sein des OGA qui se sont chargés de former, d'informer, d'acculturer ces entrepreneurs depuis plus de 40 ans. Ce n'était pas chose facile, ces chefs d'entreprises n'ont, eux, aucune obligation de formation pour les « encourager » à se former !!!

Experts-comptables, êtes vous prêts à abandonner totalement ce rôle de formateurs aux CCI, aux Chambres de métiers et de l'artisanat et demain aux partenaires de la profession ? La formation n'est-elle pas aussi un moyen d'accompagner les chefs d'entreprises ?

Des solutions existent... Les experts-comptables des « futurs ex. OGA » y travaillent et si ces formations concernaient hier de 80 à 130 000 (uniquement leurs adhérents) demain elles pourraient concerner l'ensemble des TPE quelque soit leur statut juridique .

La communication des experts-comptables et la valorisation de leurs travaux ne passent-elles pas aussi par la FORMATION ? Les adhérents des OGA créés à l'initiative des experts-comptables, eux, le savaient.

Serge Heripel
 Serge Heripel sur Twitter Serge Heripel sur LinkedIn

Serge Heripel est expert-comptable retraité et vice-président de l'organisme mixte de gestion agréé France Gestion.


Le 03/11/2020 19:34, Fratis a écrit :
  

Je partage totalement le point de vue de SERGE HERIPEL sur le rôle essentiel des OGA

Leurs travaux servent tous les cabinets comptables et les milliers d'adhérents qui ont suivi des formations adaptées à leurs besoins. Le dialogue entre les adhérents et les experts comptables s'est nettement amélioré pour le bien être de notre économie!

je souhaite que tous les micro-entrepreneurs puissent ou soient obligés à adhérer aux OGA 2021

FRANCIS TISON EXPERT COMPTABLE ET CONFERENCIER DANS LES OGA (1976 2019)


Le 04/11/2020 10:02, Senaux a écrit :
  

N'oublions pas un abattement qui s'est transformé en majoration,

N'oublions pas un rapport de la cour des comptes totalement à charge,

N'oublions pas un EPS qui ne pouvait être autre chose qu'un moyen d'ostraciser davantage les OGA,

N'oublions pas que le rapport de l'IGF indiquant l'utilité des OGA n'est jamais sorti.

Les OGA sont une épine dans le pied de la DGFIP et de l'OEC depuis 40 ans.

Méconnus du grand public, mal-aimés des EC car souvent trop critiques (en bien ou en mal), les OGA n'ont jamais trouvé leur place dans l'écosystème financier français. Faut dire qu'un business model basé sur une cotisation unique avec des activités limitées aux contrôles n'est pas très vendeur ! Certains ont crée beaucoup d'activité autour de la formation ou d'autres activités accessoires, bravo à eux, mais n'oublions pas qu'il s'agit d'activités secondaires et que l'activité principale des OGA était la sincérité fiscale qui disparaît aujourd'hui.

Et le pire de l'injustice c'est que les OGA après 40 ans de loyaux services sortent par la petite porte car le motif invoqué est la baisse des recettes fiscales de 200 millions d'euros pour l'amélioration de la trésorerie des petites entreprises celles-là même qui ne sont pas adhérentes.

Alors quand l'Administration fiscale dans sa grande mansuétude, nous donne 3 ans pour nous reconvertir après nous avoir affublé de "partenaires" et de futur "Commissaire à la fiscalité" dans un environnement économique où toutes les places sont prises, moi je pense à ces milliers de salariés qui vont aller rejoindre les bancs de Pole emploi.

Philippe SENAUX Directeur OGA



Les OGA ne nous manqueront pas ! En êtes-vous si sûr ?


© 2020 Compta Online
Retour en haut