BanStat
Logo Compta Online

Taux de réussite du DSCG en 2021

124 632 lectures
0 commentaire
Catégorie : Consulter les résultats
124 632
0
Article écrit par (166 articles)
Modifié le
Dossier lu 3 916 690 fois
Taux de réussite DSCG

Les statistiques du DSCG présentent les taux de réussite au DSCG mais également les taux de réussite à chacune des épreuves qui composent ce diplôme de master.

Statistiques du DSCG depuis 2008

Le tableau qui suit est basé sur le pourcentage des candidats présents qui ont obtenu une note > ou = à 10/20 - Données nationales.

session

ue1

ue2

ue3

ue4ue5ue6ue7ue8
202135243822555970-
202033403625686483-
201930314030674868-
201826293119614765-
201719513224644666-
201622272523574164-
201522201925684260-
201427251630434262-
20132951291452426176
20123932262347426066
2011163125961445975
20102110262461426561
20091329281835446770
20081612271234426365
moy25292821554665-

 

Extraits du rapport du jury du DSCG 2021

D'une manière générale, les sujets ont été jugés par les correcteurs en adéquation avec le référentiel du DSCG et permettant une bonne évaluation des candidats. Le niveau des candidats demeure toutefois encore trop faible sans doute lié à une préparation insuffisante des UE et/ou une maîtrise approximative des bases (DCG) et/ou une méthodologie de travail inadaptée aux épreuves. Il est rappelé notamment que la maitrise de l'ensemble des UE du DCG reste un prérequis pour aborder le DSCG.

Pour rappel, aucun point du programme du DSCG ne peut être considéré comme mineur et ce n'est pas parce qu'un point du programme n'a pas fait l'objet d'un sujet au cours des années antérieures qu'il ne pourra pas faire l'objet d'un futur sujet.

Le DSCG est un diplôme de niveau master et en tant que tel il exige que les candidats puissent démontrer qu'ils maîtrisent des compétences tout à la fois techniques, d'analyse, de synthèse et rédactionnelles de niveau master.

 

DSCG UE1 Gestion juridique, sociale et fiscale

Le sujet de la session 2021 comportait quatre dossiers d'importance équivalente en termes de points. Le dossier 1 portait sur des thématiques de droit fiscal (fiscalité des groupes, contrôle et contentieux fiscal, droit fiscal international) et proposait deux annexes en appui. Le dossier 2 portait à la fois sur le droit des sociétés et le droit de la concurrence. Le dossier 3 était centré sur le droit des sociétés et abordait la thématique des participations réciproques, de l'autocontrôle et des GIE. Enfin le dernier dossier abordait la question de la transformation d'une société de personnes et comportait une question de droit pénal des affaires dans le cadre d'une fusion de sociétés avec jurisprudence fournie en annexe. Au total, dix-neuf questions étaient posées.

Les résultats sont légèrement plus élevés que sur les sessions précédentes. Les copies se révèlent globalement défaillantes au niveau de la forme : orthographe, présentation des copies. Sur le fond, trois remarques peuvent être formulées :

  • Des connaissances de base de niveau DCG font défaut, tout particulièrement en droit des contrats, droit des sociétés et droit fiscal ;
  • Il est impératif dans la préparation de l'épreuve de ne pas faire d'impasse sur telle ou telle partie du programme, ce qui peut s'avérer très préjudiciable. Une anticipation suffisante dans la préparation de l'épreuve devrait permettre à un candidat de pouvoir couvrir les différents volets du programme :
  • Enfin, il importe de structurer davantage la formulation des réponses aux questions posées, en analysant les faits, en identifiant la question de droit qui est posée, en examinant les solutions applicables et enfin en se déterminant et choisissant une solution. Il convient de faire apparaître un véritable raisonnement juridique. Trop de copies présentent directement et souvent de manière non ou trop peu justifiée une solution.

Conseils pour la session 2022

Comme à chaque fois sur des questions juridiques et fiscales, il est souhaitable de toujours bien en revenir aux principes et aux règles puis de les appliquer au cas d'espèce. Cela explique en particulier pourquoi il est souvent demandé aux candidats de rappeler ou d'identifier la règle ou le principe puis ensuite de vérifier si les conditions d'application sont satisfaites au cas particulier. Il ne sert à rien de mémoriser des solutions techniques éparses ; il convient de préférer le raisonnement à partir des principes.

En cabinet, un client est aujourd'hui souvent capable de trouver par lui-même sur internet des solutions techniques ; le professionnel doit pouvoir l'aider à comprendre la raison d'être de cette solution, le raisonnement pour y aboutir et l'adéquation avec la situation qui est la sienne. Cette remarque d'ordre général doit pouvoir se retrouver notamment dans les copies et en particulier dans la manière de structurer les réponses.

Enfin, il est recommandé, comme pour chaque épreuve, de commencer par lire l'intégralité du sujet, annexes comprises, et ensuite de définir un programme de travail en s'y tenant. Le réflexe qui consiste à garder pour la fin ce que l'on sait faire est souvent contreproductif car le candidat se laisse gagner par le temps et finit par « bâcler » des parties de dossiers sur lesquelles il aurait pu maximiser les points.

 

DSCG UE2 Finance

Le sujet 2021 est composé de 3 parties.

La partie 1 concerne un projet d'investissement immobilier, la partie 2 traite une opération de restructuration et la partie 3 a pour objet d'étudier une couverture du risque de change. Il s'agit d'un sujet complet, qui aborde de très nombreux points du programme, en particulier les nouveautés comme l'immobilier ou les crypto-actifs. Le sujet comporte une dimension « techniques financières » pour les candidats maîtrisant les outils (calcul du béta, calcul d'une VAN, option de change/contrat à terme, etc.) mais aussi une dimension « connaissances-savoirs » avec un certain nombre de questions permettant une restitution du cours pour les candidats qui ont travaillé le programme.

Conseils pour la session 2022

Les nouveautés du programme de l'UE2 (finance environnementale, gouvernance, régulation, indicateurs extra-financiers, fintech, aspects comportementaux de la finance, etc.,) devront être travaillées et maîtrisées pour les examens des années suivantes. Ces nouveaux thèmes doivent absolument être connus par les candidats car à l'ère de la digitalisation de la finance et de la prise en compte de l'impact environnemental, il n'est plus envisageable d'en faire l'impasse ou d'en ignorer l'impact.

 

DSCG UE3 Management et contrôle de gestion

Le sujet 2021 était conforme au programme avec l'intérêt d'être fondé sur l'étude du cas d'une forme d'entreprise contemporaine – une start-up – confrontée à une situation réelle – le contrôle de gestion et le management de son modèle d'activité fondé sur la vente en ligne d'appareils d'occasion remis à neuf. Il était composé de quatre dossiers. Le dossier 1 portait sur le diagnostic stratégique de l'entreprise. Le dossier 2 consistait en une présentation et une analyse du modèle d'activité de l'entreprise. Le dossier 3 portait sur le management des ressources humaines et des équipes. Le dossier 4 était centré sur l'intérêt pour un contrôleur de gestion d'intégrer l'entreprise.

Le sujet était assez long avec notamment un nombre important de questions et d'annexes. Il visait ainsi à tester la capacité du candidat à bien gérer le temps de composition et, donc, de traitement des annexes. Le critère de bonne gestion du temps des analyses est devenu récurrent sur le sujet UE3, l'évolution du contrôle de gestion et du management l'imposant. Par ailleurs, le sujet n'était pas difficile, dans la même veine que ceux d'années antérieures. Du reste la moyenne des notes se situe au-dessus du niveau de celles de 2020, d'un niveau assez comparable à celles de 2019.

Conseils pour la session 2022

Le jury souligne que le contenu du programme de l'UE3 du DSCG n'a pas été profondément modifié avec la réforme. Les thèmes contemporains du contrôle de gestion et du management comme l'importance de l'extra-financier, la montée en puissance des investissements immatériels et humains (compétences, organisation du travail, structure organisationnelle), la mise en oeuvre stratégique et la gestion du changement et des transformations, outre la maîtrise des calculs de coûts/performances fondamentaux, sont autant de points majeurs à continuer à prendre en compte pour 2022. Également, la gestion de l'incertitude et des risques, la capacité à choisir une option la meilleure ou la moins mauvaise en termes de gestion parmi plusieurs possibles et à nourrir des décisions par des raisonnements fondés sur des hypothèses cohérentes et/ou des scénarios alternatifs, resteront privilégiés.

L'épreuve sera, comme ces dernières années, plus axée sur une réflexion ancrée sur des cas réels et des méthodes d'analyse, d'innovation managériale et de changement organisationnel, que sur des calculs bruts et des définitions non contextualisées de théories des organisations. Là réside en effet l'attente des entreprises et des professionnels du contrôle de gestion et du management.

 

DSCG UE4 Comptabilité et audit

Le sujet se composait de quatre dossiers couvrant les 4 grandes parties du programme de cette UE (comptes de groupe, restructurations, audit et normes internationales) :

  • Un dossier sur 9 points abordant les comptes consolidés en référentiel IFRS (périmètre, retraitements, partage des capitaux propres d'une filiale indirecte et traitement d'un goodwill) ;
  • Un dossier sur 5 points relatif à deux opérations de fusion-absorption ;
  • Un dossier de 5 points relatif à l'audit. Ce dossier traitait de la déontologie du commissaire aux comptes, des assertions d'audit et du rapport du commissaire aux comptes ;
  • Un dossier de 2 points traitant du traitement d'un contrat de location en IFRS.

Le niveau global des copies laisse apparaitre :

  • Des lacunes sur des points fondamentaux ;
  • Des connaissances approximatives et des réponses non argumentées ;
  • Des calculs insuffisamment justifiés ;
  • Un manque de soin et de lisibilité de nombreuses copies ;
  • Un respect insuffisant des consignes concernant notamment la présentation des réponses sous forme de tableaux pour les retraitements de consolidation.

Conseils pour la session 2022

Le programme de cette UE est insuffisamment maitrisé par les candidats, y compris pour des thématiques classiques telles que périmètre de consolidation, retraitements, répartition des capitaux propres.

Il y a un écart de niveau important entre le DCG et le DSCG en matière comptable, avec un ensemble de sujets complètement nouveaux qui nécessitent un fort investissement (comptes consolidés, audit, fusions et référentiel IFRS). De plus, la réussite de l'épreuve repose sur la maitrise par les candidats de 3 référentiels comptables : PCG, règlement ANC 2020-01 et IFRS.

Enfin, la gestion du temps est très importante afin de pouvoir traiter l'intégralité des dossiers de l'épreuve. Appréhender les calculs avec méthode (tout particulièrement en consolidation) peut faire gagner un temps précieux. Il peut être aussi opportun pour les candidats de commencer par les dossiers qu'ils maîtrisent le mieux. Enfin, il est de peu d'utilité d'apprendre par coeur des schémas d'écritures, il faut comprendre la logique des retraitements demandés.

 

DSCG UE5 Management des systèmes d'information

Le sujet porte sur le cas de trois bailleurs du département de la Haute Loire qui ont fusionné au 01/01/2021 et qui, conformément à la loi ÉLAN, créent un nouvel organisme intégré dénommé « Haute-Loire Habitat ».

Le sujet de l'UE5 était assez classique et abordait les grandes lignes (conception, évaluation, évolution) du programme de Management des SI. Il était basé sur un cas réel et tenait compte de l'entrée en vigueur des lois ELAN, PACTE et du déploiement du RGPD et de ses logiques de consentement de l'usager et de pertinence des données collectées. Les trois annexes du sujet étaient importantes car elles relataient l'existant et la réalité des SI et des organigrammes. Cette étude de cas abordait la fusion de trois bailleurs sociaux de la région de Saint Etienne et donc la fusion de leur système d'information. L'idée était d'aborder la conception et le pilotage d'un SI intégré à partir des trois SI existants. Les questions étaient réparties en trois dossiers (respectivement 8, 5 et 7 points) avec donc un dossier sur le schéma directeur, un autre sur le cadrage du projet et un dernier sur le système d'information achat (SIA) et de ses prérogatives.

Le premier dossier était assez technique et devait mobiliser les connaissances sur les schémas directeurs et leurs jalons les plus usuels dans le cadre d'une logique de fusion de plusieurs systèmes d'information avec la question des infrastructures, du personnel, des données, des applications. La question 3 demandait d'identifier deux indicateurs (par exemple indicateur de coût d'acquisition, de coût de personnel, de coût de maintenance voire de coût d'opportunité dans une logique assez ouverte).

Le second dossier était classique et devait mobiliser les connaissances du candidat sur ce qu'est un projet de transformation avec ses facteurs clés de succès et ses risques inhérents. Ensuite, il fallait proposer deux méthodes de conduite de projet au choix du candidat sachant qu'il devait montrer ses forces et ses opportunités dans le cas présent de fusion et donc de transformation profonde. Enfin, la question 3 demandait de mobiliser et tracer un outil de gestion classique comme le diagramme de Gantt pour bien visualiser le projet et ses tâches.

Le dernier dossier était plus original car il abordait un SI métier – celui des achats – et il demandait quelques connaissances précises. Il fallait par exemple aborder le règlement général sur la protection des données (RGPD) et ses obligations – ou pas – face à la numérisation des factures d'achat, face au processus informatique de traitement des factures, face au consentement de l'usager et face à la collecte des données dans le cadre des métiers liés à l'achat donc avec des données liées aux fournisseurs. Enfin, une dernière question demandait aux candidats des propositions d'améliorations sur ce SI Achat de façon à conserver un service opérationnel dans le contexte d'épidémie lié à la Covid19. Cela impliquait une certaine ouverture sur l'agilité et la résilience des SI et donc plus prosaïquement des opérateurs de saisie et de contrôle des données collectées sachant que les données pré pandémie ne pouvaient pas être extrapolées post pandémie sans précaution. Le SI est un outil d'aide à la décision mais dans un métier comme celui des achats, l'acheteur reste un humain et doit le rester le plus possible.

Cette UE5 continue sa transformation vers de moins en moins de questions liées aux techniques et à l'informatique et de plus de plus de questions liées au management du SI et de ses acteurs et outils c'est à dire liées aux conseils managériaux et organisationnels comme c'est d'ailleurs le cas dans la profession.

Conseils pour la session 2022

L'épreuve pour la prochaine session sera organisée selon un format similaire à celui de cette année. Il est rappelé que tous les points abordés dans le programme sont importants. S'ils figurent dans le programme c'est qu'ils ont un intérêt majeur dans le cadre professionnel.

 

DSCG UE6 Epreuve orale d'économie partiellement en anglais

Pour rappel, cette épreuve comporte une préparation d'une heure, sans aucun autre document que celui fourni par le jury. Le document support de l'épreuve est en anglais et peut éventuellement inclure des données chiffrées sous forme de graphiques ou de tableaux. Il porte sur les thèmes et notions définies au programme de l'UE 6 du diplôme (pages 25 à 27).

Puis une épreuve de 30 minutes maximum se répartissant en deux temps : un exposé du candidat en anglais (15 minutes maximum) et un entretien en anglais avec les membres du jury (15 minutes maximum). Lors de sa prise de parole en continu de 15 minutes maximum (exposé), le candidat synthétise le contenu du document fourni puis propose un commentaire de ce dernier. La consigne accompagnant le support donne une problématique sur laquelle le candidat s'appuie afin de structurer son commentaire et organiser ses propos. Le commentaire argumenté est étayé des connaissances relatives aux thèmes et notions définies par le programme et veille à intégrer des faits d'actualité à bon escient. L'ensemble de l'exposé doit être clairement structuré, à l'aide, notamment, de transitions entre les différentes parties (introduction, synthèse du document support qui en fera ressortir les articulations logiques, commentaire argumenté structuré, conclusion). Ensuite, le jury conduit un entretien en anglais avec le candidat à partir d'éléments de son exposé et du document qui a servi de point d'appui à la première partie de l'épreuve. Pour cette deuxième partie et au fil des échanges, le candidat est invité à réagir, décrire, reformuler, développer une argumentation, justifier son propos ou encore apporter des explications.

De manière générale, cette session a confirmé la bonne préparation des candidats qui cernent mieux les attendus de l'épreuve sauf ceux titulaires du DCG en 2021 et qui se sont présentés sans préparation à cette épreuve. Les sujets ont été adaptés au niveau B2 du CECRL sur les domaines définis par le programme mais sans rentrer dans une technicité excessive au regard du niveau B2 ciblé.

Conseils pour la session 2022

Les candidats doivent cibler leurs entraînements sur les activités langagières et, notamment, l'expression orale en continu et en interaction (en tenant compte de la compétence phonologique) outre la compréhension écrite.
Par ailleurs, la compétence de communication peut souvent encore être consolidée : pour l'exposé, la prestation orale exclut la lecture de notes intégralement rédigées, sauf, éventuellement, l'introduction, les transitions et la conclusion : cet impératif doit accompagner le candidat dès le début de sa préparation en loge. En ce qui concerne l'entretien, le caractère interactif de la prestation orale (geste, regard, prise en compte des interlocuteurs et de leurs propos, réactivité, etc.) peut également souvent être mieux pris en considération.
Les éléments non textuels du document support (tableau, graphique, etc.), lorsqu'il y en a, doivent être pris en compte par le candidat dans la synthèse du document. Lorsque ce n'est pas le cas, le jury est très souvent amené à y revenir lors de l'entretien.

On recommande à nouveau aux candidats de consolider leur maîtrise de certains outils grammaticaux comme – sans que cela soit exhaustif – les auxiliaires modaux (she can to do/ we must to listen / she doesn't can to do it sont erronés) et les structures infinitives (avec négation), et on les encourage à renforcer leur maîtrise du vocabulaire spécifique courant de l'anglais des affaires et à s'assurer de la prononciation des termes assimilés.
Les candidats pouvant être interrogés sur des faits issus de l'actualité, lire régulièrement la presse anglo-saxonne et écouter les nouvelles sur des chaînes de télévision ou de radio variées facilement accessibles en ligne (BBC, BBC World, CNN, ABC, NPR News, etc.) peuvent être un bon moyen d'assimiler le vocabulaire de l'anglais des affaires, mais également de renforcer la connaissance de l'actualité du monde anglo-saxon, et des cultures concernées.

Un exposé en autonomie inférieur à 10 minutes ne permet généralement pas au candidat d'illustrer sa pleine maîtrise des aptitudes évaluées. C'est particulièrement le cas lorsque le commentaire structuré et argumenté est inférieur à 5 minutes, faute d'envisager la problématique proposée sous divers aspects, de construire une démonstration fondée sur une connaissance correcte des thèmes et notions au programme, ou d'intégrer des éléments d'actualité permettant d'illustrer de manière convaincante le propos. L'écueil inverse est le « placage de cours », qui élude la problématique précise donnée par le jury et ne prend pas en considération la spécificité du texte support, et mène à un hors-sujet partiel ou total.

Enfin, la note de 20 a été attribuée à plusieurs reprises, à des candidats qui, sans être bilingues, ont communiqué de manière fluide et efficace avec le jury, au service d'un propos structuré, argumenté et illustré, tant lors de l'exposé que de l'entretien. Ainsi, pour conclure sur cette note positive, les futurs candidats doivent être convaincus qu'une préparation régulière et sérieuse à l'épreuve, tenant compte des remarques formulées dans le présent rapport, leur permettra de démontrer leur maîtrise assurée des aptitudes évaluées.

 

DSCG UE7 Epreuve orale relations professionnelles

Il est rappelé aux candidats que cette épreuve s'appuie sur un mémoire de niveau master et non un rapport de stage. Le mémoire ne peut donc pas être uniquement le descriptif des activités réalisées ou d'un point étudié lors du stage. Les jurys ont également constaté que le niveau de français de certains candidats était faible (syntaxe, accords grammaticaux, orthographe). Cela est d'autant moins acceptable que le mémoire peut faire l'objet d'une relecture.

Le mémoire doit permettre au jury d'apprécier la capacité du candidat à définir une problématique de gestion spécifique, à utiliser les références théoriques et conceptuelles appropriées et à mettre en oeuvre une démarche méthodologique pertinente. Or, les jurys relèvent la quasi-absence ou un manque de problématique. De même, les démonstrations (quand elles existent) sont lacunaires. Les candidats manquent également d'analyse et de recul par rapport au sujet. Ainsi, un nombre trop important de mémoires s'assimile plus à des rapports théoriques qu'à des réflexions sur des pratiques professionnelles. Il est à noter que le mémoire doit porter sur les pratiques en vigueur en France ou comparer les pratiques entre plusieurs pays. En revanche, un mémoire ne faisant référence qu'au droit marocain par exemple n'est pas recevable en tant que tel.

Enfin, il est important que le candidat cite correctement ses sources bibliographiques et identifie clairement dans le mémoire les parties qui seraient issues de ces sources. Il est rappelé que le jury national sanctionne systématiquement le plagiat par une annulation de la session en cours et jusqu'à cinq ans d'interdiction de se présenter aux examens du DSCG.

La soutenance du mémoire n'est pas non plus à négliger.

 

Plus d'infos

Frédéric Rocci

Frédéric Rocci
Fondateur de Compta Online, média communautaire 100% digital destiné aux professions du Chiffre depuis 2003.
Je suis avant tout un entrepreneur. Je cotoie et j'observe la profession comptable depuis plus de 20 ans. Rédacteur à mes heures perdues, j'affectionne plus particulièrement les sujets qui traitent des nouvelles technologies et du digital.
Découvrez comment communiquer sur Compta Online.


Taux de réussite du DSCG en 2021


© 2022 Compta Online
Retour en haut