BanStat
Logo Compta Online

Professionnels du chiffre : marché de l'emploi et équivalence au Québec

12 851 lectures
1 commentaire
Catégorie : L'emploi et le recrutement
12 851
1
Article écrit par (1392 articles)
Publié le

S'installer au Québec avec un diplôme français

Au Canada, et plus particulièrement au Québec, la reconnaissance des diplômes comptables français se fait d'abord au niveau du diplôme d'expertise comptable. Le DEC permet l'inscription à l'Ordre des CPA du Québec après une formation obligatoire, sans examen complémentaire.

Pour les autres diplômes comptables, la reconnaissance se fait au cas par cas.

Le Canada est un pays composé d'États fédérés. Parmi eux, se trouve le Québec, seul État fédéré dont la langue officielle est le français. Cette particularité fait du Québec une terre d'accueil pour les personnes francophones qui souhaitent s'expatrier sans avoir besoin d'apprendre l'anglais. La politique d'immigration est en faveur des professionnels qualifiés.

 

Les grands principes de la reconnaissance des diplômes comptables au Québec

Des arrangements de reconnaissance mutuelle ou ARM sont conclus entre le Canada, le Québec et d'autres pays, dont la France. L'un de ces arrangements concerne les experts-comptables et a été signé par les deux ordres : l'OEC pour la France et l'Ordre des CPA pour le Québec.

Pour le professionnel du chiffre qui souhaite s'expatrier au Québec, l'Ordre des CPA québécois est l'interlocuteur unique pour la reconnaissance des diplômes comptables français ou étrangers.

Les diplômes de la filière de l'expertise comptable, DCG, DSCG et DEC sont bien connus. Pour les autres diplômes, la reconnaissance se fera au cas par cas.

 

S'installer au Québec avec le DEC : une inscription à l'Ordre des CPA québécois

Pour le titulaire du diplôme d'expertise comptable (DEC), l'installation au Québec est assez simple. Il lui suffit de prendre contact avec l'Ordre québécois, de préférence avant son expatriation, et de demander à se prévaloir de l'ARM.

Seule contrainte : une formation obligatoire pour la connaissance de la fiscalité et du droit québécois et canadien notamment. Aucun examen complémentaire n'est proposé.

L'ARM est « en vigueur jusqu'en mai ou juin 2018 mais nous travaillons déjà activement à son renouvellement » précise Geneviève Mottard, présidente et chef de la direction de l'Ordre des CPA du Québec.

 

S'installer au Québec sans le DEC ou avec un diplôme d'un autre pays

Sans le diplôme d'expertise comptable français, impossible de se prévaloir des dispositions de l'ARM. Les professionnels du chiffre doivent alors monter un dossier qui doit permettre à l'Ordre québécois de reconnaître les équivalences de formation, d'examen et d'expérience par rapport aux exigences locales requises.

« En fonction de l'analyse qui sera faite du dossier, le professionnel du chiffre devra suivre des cours universitaires ou passer des examens complémentaires. C'est un processus qui nécessite quelques mois à quelques années selon le cas » estime encore Geneviève Mottard. « C'est parce que les formations et les stages ou expériences ne sont pas équivalents partout dans le monde ».

Les demandes d'équivalence de professionnels du chiffre issus de pays francophones dont la France sont en forte augmentation depuis quelques années. « De 150 demandes quelques années auparavant, nous sommes passés en 2017 à près de 600 demandes ».

« Essayer de reconnaître l'expérience, la formation et les examens de ces professionnels pour favoriser l'immigration est un vrai défi pour nous. Nous avons obtenu une subvention du ministère de l'Immigration, de la Diversité et de l'Inclusion pour pouvoir développer des outils qui doivent nous permettre d'en faire une meilleure évaluation ».

La formation des CPA au Québec

C'est la profession qui encadre la formation initiale des comptables professionnels agréés au Québec. Pour devenir CPA, il faut faire un baccalauréat reconnu (une licence en France), une mini maîtrise (un master en un an) suivie d'un examen final commun et d'un stage de 24 mois.

L'Ordre des CPA s'occupe de donner les équivalences au baccalauréat reconnu, à la mini maîtrise, à l'examen final commun ou au stage de 24 mois. Ses marges de manoeuvre sont limitées.

Plus d'infos

Ententes de réciprocité entre le Canada et un autre pays : cpaquebec.ca

Arrangement de reconnaissance mutuelle Canada/France : cpaquebec.ca

Liste des professions bénéficiant d'un arrangement de reconnaissance mutuelle : www.immigration-quebec.gouv.qc.ca

Texte de l'ARM : www.immigration-quebec.gouv.qc.ca

L'exercice d'une profession régie par un ordre professionnel : www.immigration-quebec.gouv.qc.ca

Sandra Schmidt

Sandra Schmidt
Rédactrice sur Compta Online, média communautaire 100% digital destiné aux professions du Chiffre depuis 2003.
J'interviens sur Compta Online depuis 2007 et j'ai rejoint l'équipe en 2014. Mes articles abordent la comptabilité, la fiscalité, le droit social, les IFRS, mais aussi l'intelligence artificielle, la blockchain...
Suivez moi sur Linkedin et sur Twitter.


Le 19/11/2018 03:31, Malek_sh a écrit :
  

Le DSCG français n'est même pas considéré comme équivalent au "Baccalauréat" (Licence). on demandent aux candidats titulaires du DSCG de suivre 04 cours : Impôt 1, Impôts 2, Droit des affaires et un cours d'intégration (synthèse) pour avoir le Baccalauréat reconnu et accéder au DESS (10 cours) menant à l'examen final CPA. il faudra ensuite compléter le tout avec un stage de 24 mois pour avoir le titre.

Je suis Expert Comptable Mémorialiste (il me manque juste le mémoire et l'épreuve de révision) et j'ai eu droit au même traitement que j'ai sus-mentionné. un vrai parcours du combattant!

l'Ordre CPA ne reconnait que le DEC accompli.



Professionnels du chiffre : marché de l'emploi et équivalence au Québec

Retour en haut