Logo Compta Online

Reconnaissance des compétences spécialisées des experts-comptables

2 299 lectures
0 commentaire
Catégorie : Actualité des métiers du chiffre
2 299
0
Article écrit par (1323 articles)
Publié le
Modifié le 16/09/2019

Donner plus de visibilité à la palette de compétences des experts-comptables

Augmenter leur visibilité sur le marché et leur permettre de sortir de l'image traditionnelle de l'expert-comptable, tel est l'objectif de la mesure qui concerne les compétences spécialisées.

Sur déclaration auprès de son Conseil régional, chaque expert-comptable pourra faire valoir jusqu'à 3 compétences particulières, sectorielles ou techniques.

Ces compétences spécialisées pourront alors « figurer sur leur papier à en-tête, leurs cartes de visite ou encore le site internet » précise Christophe Priem, président du Comité mise en ½uvre de la loi PACTE au sein du CSOEC, qui estime que « les conseils régionaux seront prêts au premier semestre 2020 », c'est-à-dire après la publication du décret d'application, prévu au 4e trimestre 2019.

Cette modification survient alors que « les textes ne correspondaient plus aux besoins de la profession » rappelle Alexandre Salas-Gordo, président de l'Ordre des experts-comptables d'Aquitaine.

Pour Gilbert Le Pironnec, vice-président du CSOEC et président de la Commission accompagnement du changement, les choix de la profession se sont portés vers un « régime souple qui doit permettre l'adhésion d'un maximum d'expert-comptable ». Il s'appliquera « après le lancement d'une campagne d'information auprès des experts-comptables et dès la mise en place d'un dossier dématérialisé dans les Conseils régionaux au cours du 2e trimestre 2020 ».

 

La déclaration des compétences spécialisées par l'expert-comptable

La déclaration de compétences spécialisées, valable 5 ans, est d'abord « une déclaration sur l'honneur faite par l'expert-comptable personne physique, indiquant les domaines sectoriels et/ou techniques » qu'il souhaite faire apparaître dans sa communication poursuit Alexandre Salas-Gordo.

Pour obtenir le droit d'ajouter une compétence spécialisée, l'expert-comptable devra « le justifier avec tous les éléments qui démontrent cette spécialité ». Ces éléments sont volontairement larges puisqu'il peut s'agir « d'un diplôme obtenu, d'un pourcentage de clientèle, d'un nombre de missions réalisées, de l'expérience professionnelle... ».

L'expérience professionnelle doit correspondre à des missions qui occupent l'expert-comptable pendant un minimum de 10% de son temps de travail. La formation dédiée à la spécialisation doit être quant à elle d'un minimum de 120 heures.

La compétence spécialisée peut être retirée dans le cadre d'un contrôle qualité, si le dossier de demande de reconnaissance ne correspond pas à la réalité.

 

Une meilleure visibilité des missions des experts-comptables sur le marché

L'expert-comptable, bien qu'ayant une formation de haut niveau, est généralement moins visible du marché sur ces compétences qu'un consultant et attire donc moins de clients sur ces sujets malgré l'appartenance à une profession réglementée et son capital confiance.

Aujourd'hui, les experts-comptables sont « reconnus pour leurs compétences sur leur c½ur de métier ». La profession doit « communiquer sur ces compétences spécialisées pour renforcer sa position sur les missions de conseil » indique Gilbert Le Pironnec. Il est important de rappeler qu'en application du code de déontologie, « l'expert-comptable doit être en capacité de réaliser la mission qu'il accepte pour son client ».

Il « a une bonne image sur le marché, en tant que professionnel généraliste, mais les compétences spécialisées sont trop peu visibles » estime également Philippe Bonnin, président du comité ETI du CSOEC. Il peut toutefois être désavantagé à cause de son image de généraliste. Il s'agit donc de « lui donner une image différente ».

« La notion de compétences spécialisées permet de mieux travailler l'évolution des métiers de la profession vers le conseil », même si « le fait d'être un bon généraliste, à l'écoute du client et de savoir l'orienter, le guider correctement en fonction de ses besoins est déjà une compétence en soi ».

Dans les PME de croissance, on attend généralement des compétences, peu importe qu'elles soient chez l'expert-comptable ou un chez un autre. Les directeurs financiers savent rarement qu'elles sont aussi chez l'expert comptable ».

Car « dans un contexte où la concurrence vient de l'extérieur, de consultants qui font part de leur spécialisation, le dispositif permet à la profession de se positionner et être visible des clients qui ne connaissent pas son champ d'intervention » poursuit Alexandre Salas-Gordo.

Un guide à l'intention des experts-comptables « avec un dossier type de demande de reconnaissance des compétences spécialisées et une nomenclature des compétences spécialisées possibles est prévu » conclut Christophe Priem.

Sandra Schmidt

Sandra Schmidt
Rédactrice sur Compta Online, média communautaire 100% digital destiné aux professions du Chiffre depuis 2003.
J'interviens sur Compta Online depuis 2007 et j'ai rejoint l'équipe en 2014. Mes articles abordent la comptabilité, la fiscalité, le droit social, les IFRS, mais aussi l'intelligence artificielle, la blockchain...
Suivez moi sur Linkedin et sur Twitter.

Reconnaissance des compétences spécialisées des experts-comptables

Retour en haut