Logo Compta Online

Conseils pour la rédaction du mémoire de l'UE7 du DSCG

132 853
DSCG
132 853 lectures
Catégorie : DSCG

Article écrit par Acavagnol
ProfilAcavagnol
Profession libérale
  • 07 - Ardèche
Envoyer un message privé    Ajouter à mes contacts
  • 29 votes
popupBulle tail
Cavagnol André sur Facebook Cavagnol André sur LinkedIn
Modifié le


Les conditions de l'épreuve

L'épreuve comprend normalement trois parties :

  • le mémoire écrit,

  • la soutenance orale du thème,

  • des questions de cours sur le programme de Relations professionnelles (théories de la communication,
    méthodologie en sciences de gestion, bureautique, techniques de recherche documentaire, …).

Le mémoire écrit doit comporter deux parties distinctes : 

  • Un première partie de quelques pages présentant le ou les organisme(s) dans lequel a été fait un stage d'au moins 12 semaines (ou une expérience professionnelle d'une durée au moins équivalente). Il est exigé dans les conditions de l'épreuve d'y présenter les tâches effectuées pendant le stage et les outils informatiques mis en ½uvre (à la différence du rapport de stage de DCG pour lequel ce n'est pas exigé). Par contre, le rapport ne doit pas se limiter à un compte rendu d'activités ;

  • Une deuxième partie, présentant un thème de recherche en sciences de gestion, qui doit occuper au maximum 50 pages (bibliographie et annexes non comprises), et sur laquelle portera la soutenance orale ;

  • Il n'est pas exigé d'avoir une introduction générale au rapport. 

Le thème de recherche

La deuxième partie, qui constitue le c½ur du travail, doit prendre la forme d'un mémoire de recherche de master (les exigences y sont donc très différentes de celles du rapport de stage de DCG). Sur le plan de la forme, le mémoire doit comporter des titres et sous titres apparents, une introduction (imposée par le programme) et une conclusion.

Le mémoire de recherche doit développer un sujet directement en rapport avec la ou les missions effectuées par le candidat (ou auxquelles il a participé de manière significative) et répondre à une problématique précise. Un mémoire est donc très différent d'un simple rapport de stage : il doit constituer un apport significatif en sciences de gestion, c'est-à-dire que le travail présenté devra pouvoir être utilisé ultérieurement par des professionnels ou des étudiants pour améliorer leur efficacité ou leurs compétences, leur permettre de mieux comprendre une question comptable, juridique ou de gestion délicate.

La première caractéristique d'un mémoire sera de présenter une problématique claire, c'est-à-dire la formulation du problème auquel le mémoire cherche à répondre. Une approche élémentaire de la problématique consistera à définir une hypothèse de solution et à la reformuler sous forme d'une ou de plusieurs questions liées.

Plusieurs options sont possibles pour élaborer un mémoire de recherche en gestion :

  • Utiliser des théories ou des techniques ayant déjà été publiées, pour analyser une situation concrète ou un problème rencontré pendant le stage ;

  • Faire une interprétation personnelle d'une situation à partir de recherches antérieures portant sur le même sujet ;

  • Proposer de nouvelles argumentations, de nouvelles techniques d'analyse, ou des utilisations nouvelles à partir de théories ou d'instruments d'analyse connus ;

  • Faire une proposition personnelle totalement originale (des bases très solides et une méthodologie rigoureuse de recherche en sciences de gestion sont alors indispensables). Il faut être prudent et ne pas se lancer dans un projet trop compliqué et qui dépasserait vos compétences et que vous seriez seul à juger intéressant. 

Dans tous les cas, il est obligatoire que le mémoire fasse explicitement référence à l'état d'avancement de la connaissance en sciences de gestion publié sur le thème.
Cela implique donc un travail de recherche documentaire important (ouvrages, articles, contributions sur le thème étudié, … à rechercher dans des bibliothèques et sur internet).
Ces sources, (les plus pertinentes et variées possible) devront être aussi bien citées dans le développement qu'en bibliographie et auparavant pour la demande d'agrément.

La conclusion enfin doit constituer au moins un bilan d'étape du travail de recherche en faisant ressortir les apports du mémoire.

Pour finir les annexes doivent apporter un complément à la démonstration.
Elles ne doivent pas représenter une part excessive du rapport et il doit expressément être fait référence à chacune d'elle dans le développement (le fait d'ajouter des annexes inutiles sera d'ailleurs pénalisé lors de l'examen).

 

Avant de commencer la rédaction du mémoire

Un travail préalable consistera à rédiger une « demande d'agrément » sur le formulaire fourni sur le site du SIEC. Elle devra obligatoirement obtenir l'approbation d'un enseignant chercheur pour que le mémoire puisse être présenté à l'examen.
Cela demandera en particulier d'avoir défini le thème, la problématique et la démarche méthodologique qui seront développées dans le mémoire, une bibliographie de base (5 références bibliographique) et un plan détaillé provisoire.

La notice d'agrément donne des indications de rédaction précises que beaucoup de candidats ne respectent pas (il faut la lire jusqu'au bout et en particulier les consignes de présentation de la bibliographie).
Il est aussi également indispensable de consulter le référentiel du diplôme avant de commencer le travail (Arrêté du 8 mars 2010 - BOESR n° 11 du 18 mars 2010). En effet, trop de candidats semblent totalement ignorer les conditions de l'épreuve et en sont resté au mieux à la rédaction d'un rapport de stage.

Une fois l'agrément obtenu, la rédaction du mémoire peut effectivement commencer.
A noter qu'en cas d'approbation du thème « avec modification », il faut impérativement tenir compte des recommandations faites sur la demande d'agrément. Il ne suffit bien entendu pas d'avoir obtenu l'agrément du mémoire à minima pour réussir l'épreuve.
Le fait que le mémoire ait reçu un agrément ne présuppose par ailleurs pas de sa qualité mais seulement que la direction prise correspond aux exigences de l'épreuve.

L'approche du thème et la soutenance orale devront mettre en ½uvre les connaissances prévues dans le programme de relations professionnelles du DSCG.
Même si une grande partie du programme de l'UE7 du DSCG est identique à celui de l'UE13 du DCG, il comporte cependant des différences notables. En particulier, le programme du DSCG inclus des notions d'épistémologique (qui consiste à s'interroger sur le caractère scientifique du travail que l'on fait) et de méthodologie de recherche en sciences. Ces deux parties du programme permettrons également au candidat d'être capable d'identifier le type de démarche qu'il suit dans le mémoire (inductive ou déductive), et de dire à quel courant de la pensée scientifique se réfère son travail (le plus souvent Constructiviste ou Interprétativiste), quel est le mode d'observation mis en ½uvre (participante ou non participante, directe ou indirecte).

Il ne faut enfin pas oublier que l'épreuve porte aussi sur l'appréciation de la forme : mise en ½uvre de techniques bureautiques, style, syntaxe.
L'illustration du mémoire par des tableaux, graphiques et schémas, la citation d'ouvrage de référence pour le thème permettra de le valoriser.

Pour finir, la préparation de la soutenance orale devra être aussi envisagée pendant la rédaction.



André Cavagnol
Consultant - Formateur - Auteur en management des organisations
Conseils en organisation, séminaires, conférences, cours
Direction de rapports de stage et de mémoires (DCG, DSCG)
Bibliographie : www.acavagnol.fr

DCG 7 Management : 38 fiches de cours DSCG 7 Relations professionnelles